Boito, pour l'amour du diable

Mardi 5 juin 2018
Email
Boito, pour l'amour du diable | Maison de la Radio
Non, Arrigo Boito ne fut pas que le librettiste du dernier Verdi. On lui doit aussi un opéra faustien, Mefistofele, qui sera représenté les 5 et 9 juillet dans le cadre des Chorégies d’Orange, avec la participation de l’Orchestre Philharmonique de Radio France.
LE 5 MARS 1868, LA SCALA DE MILAN connaît l’une de ses créations les plus tumultueuses. Pendant cinq heures, vaille que vaille, le jeune Arrigo Boito dirige son nouvel opéra Mefistofele sous les huées. Et lorsque le rideau tombe, à une heure du matin, la bataille se poursuit dans la rue. Boito avait annoncé que son œuvre marquerait l’avènement d’un nouvel art lyrique italien. Le compositeur appartient à la Scapigliatura, avant-garde milanaise souhaitant réformer l’art de la péninsule, trop conservateur à ses yeux. Mais Mefistofele est un four. Critiquée pour son « wagnérisme » et son ennui, l’œuvre est retirée de l’affiche. Rossini se moque de celui qui a voulu « voler avant d’avoir des ailes ».

Né d’un peintre italien et d’une comtesse polonaise en 1842, Arrigo Boito manifeste tôt des dons littéraires autant que musicaux. À sa sortie du Conservatoire de Milan (violon, direction d’orchestre, composition), il séjourne à Paris, y fréquente opéras et concerts, rencontre Berlioz, Gounod, Rossini, correspond avec Victor Hugo, et écrit pour Verdi les paroles d’un hymne destiné à l’inauguration de l’Exposition universelle de Londres. Verdi lui offre une montre : « Qu’elle vous rappelle mon nom et la valeur du temps. » Les déclarations bientôt intempestives de Boito sur le nécessaire dépoussiérage de l’opéra italien refroidissent les relations entre les deux hommes, mais l’amitié et l’estime mutuelle se rétablissent ensuite. Et c’est Boito qui écrit les livrets des deux derniers chefs d’œuvres de Verdi : Otello et Falstaff.

Faust, brumes et soleil

À Paris, en 1862, le thème de Faust est à la mode. Berlioz et Gounod se sont inspirés du Premier Faust de Gœthe. Boito, lui, voit plus grand. Il rêve d’une synthèse des brumes germaniques et du soleil du sud. Il intègre donc à son livret le personnage d’Hélène de Troie, qu’il emprunte au Second Faust de Gœthe : « Hélène et Faust, explique-t-il, représentent l’art classique et l’art romantique (…), la beauté de la Grèce et la beauté de l’Allemagne resplendissant sous le même halo (...) donnant naissance à une poésie qui est idéale, éclectique, nouvelle et puissante ».

Si l’échec de 1868 est cuisant, Boito ne renonce pas. Pendant sept ans, il retravaille son Mefistofele. Le livret est condensé, la construction plus claire et symétrique : pacte de Faust, séduction et fin tragique de Marguerite, union dans l’extase avec Hélène. Dans l’Épilogue, Faust se rappelle les deux femmes : douleur du réel pour la première, illusion de l’Idéal pour la seconde. Mefistofele le tente une dernière fois au seuil de la mort, mais Faust résiste : il est sauvé.

Avec des ellipses narratives qui mettent au centre de l’oeuvre la question du mal plutôt que l’action, Mefistofele offre une succession de tableaux dans l’esprit de La Damnation de Faust de Berlioz. Synthèse de wagnérisme, de bel canto italien et de grand opéra français à la Meyerbeer, la partition est profondément originale. Certains des airs sont devenus des morceaux d’anthologie : « Sono lo spirito qui nega » (Mefistofele, acte 1), « L’altra notte, in fondo al mare » (Margherita, acte 3), « Giunto sul passo estremo » (Faust, Épilogue). Le nouveau Mefistofele est créé à Bologne en 1875, cette fois sous les applaudissements. L’œuvre s’impose rapidement ensuite, en particulier grâce au rôle saisissant de Mefistofele. L’interprétation qu’en donna Chaliapine est restée légendaire : « Avec sa haute et souple silhouette, son torse demi-nu et l’expression cruelle, terrifiante qu’il imprimait à ses traits si mobiles, raconte le ténor Beniamino Gigli, l’aspect qu’il offrait était diabolique à vous déconcerter… Il entrait de dessous, immense et menaçant, marchant à pas trainants à la manière d’une grande araignée. » *

Laetitia Le Guay

* Victor Borovsky, Chaliapine, éd. du Rocher,1993, p. 288.
Email

Pour écouter Mefistofele

Mefistofele

Mefistofele | Maison de la Radio
Concert symphonique

Chœur d'enfants de l'Accadémie Rainier III de Monaco
Chœurs des Opéras d'Avignon, Monte-Carlo et Nice
Orchestre Philharmonique de Radio France

Mefistofele est un opéra immense, grandiose et fascinant.
Lundi09juillet201821h45 HORS LES MURS Théâtre Antique, Orange

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables
Les données recueillies par Radio France sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d'informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de Radio France et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition sur les données vous concernant que vous pouvez exercer en écrivant, et en précisant l’objet de votre demande, à l’adresse suivante : Radio France, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16