Voix, mouvement, espace : la Maîtrise !

Mercredi 21 septembre 2016
Email
Voix, mouvement, espace : la Maîtrise ! | Maison de la Radio
La Maîtrise de Radio France fêtera ses soixante-dix ans le 18 octobre. Quatre chefs se succéderont au pupitre au cours de ce concert-anniversaire, dont Sofi Jeannin, directrice musicale de la Maîtrise, qui nous raconte cette longue aventure et les nouveautés intervenues ces dix dernières années.

SOFI JEANNIN, la Maîtrise de Radio France a soixante-dix ans. Comment se porte-t-elle ?
Elle se porte bien, elle honore ses missions, et j’aimerais qu’elle continue dans le même élan ! Nous allons tout faire maintenant pour qu’elle rayonne dans les régions, car il est important que les maîtrisiens fassent connaître ce qu’ils font et touchent de nouveaux publics. Il faut qu’on sache que la Maîtrise forme des musiciens complets sachant défendre des partitions qui exigent aisance vocale et analytique comme celles de Xenakis, Duruflé ou Dutilleux.
 
Qu’est-ce qui a changé à la Maîtrise au cours de ces dix dernières années ?
Quand je suis arrivée, en 2008, il n’y avait pas de révolution à faire car Toni Ramon avait lancé un projet pédagogique qui fonctionnait déjà très bien. J’ai accompagné la multiplication des effectifs : nous sommes passés de 80 à 180 maîtrisiens. On peut désormais scinder la Maîtrise en plusieurs chœurs, avec notamment deux chœurs de collégiens et un chœur de jeunes filles. J’ai par ailleurs installé des activités pour les garçons en créant un chœur de chambre mixte et un chœur de garçons. Ce qui a permis qu’il y ait une plus grande mixité au sein de la formation avec un tiers de garçons, dont certains nous accompagnent jusqu’au baccalauréat, alors qu’autrefois la Maîtrise était essentiellement un chœur de jeunes filles. Il faut selon moi que les garçons continuent de chanter pendant la mue, sauf fatigue ou fragilité vocale extrême, même si certains passent en une année du registre de soprano au registre de baryton !
 
La Maîtrise a pu atteindre l’effectif que vous avez cité grâce à l’installation du second site, celui de Bondy…
Oui, avec 60 enfants à l’école primaire et 40 collégiens, nous avons misé, à Bondy, sur la jeunesse et le renouvellement. A Bondy on commence dès le CE1 et non pas dès le CM1, et c’est nous qui allons trouver les enfants : j’auditionne tout le monde sauf si les parents s’y opposent. Je tiens à ce que la Maîtrise pratique cette ouverture et soit accessible, d’autant que les études sont gratuites, ce qui n’est pas négligeable. Et puis, à sept ans, on s’inscrit plus facilement dans un engagement collectif, on n’est pas tributaire d’une sensibilisation à la musique déjà installée. Nous ne forçons évidemment personne : on peut rester à la Maîtrise toute une scolarité ou ne faire durer l’expérience qu’un an.
 
Si l’on prend un peu de champ, que s’est-il passé en soixante-dix ans ?
On a vu, au début de l’aventure, des compositeurs et des musicologues accompagner la Maîtrise. Au fil du temps, ce sont des gens de terrain, pourvus évidemment de toutes les connaissances musicologiques, qui ont pris le relais. On trouve de par le monde des maîtrises plus grandes par l’effectif, mais moins spécialisées que la Maîtrise de Radio France. Je pense à cette Maîtrise de Stockholm qui compte 1 200 enfants, ou à tous les chœurs d’enfants d’Angleterre, qui sont liés aux cathédrales. Le travail que nous effectuons avec les orchestres et en direction de l’antenne est unique. Notre calendrier compte désormais une quarantaine de dates, a capella ou avec les orchestres de Radio France, mais aussi avec des formations extérieures : le Los Angeles Philharmonic la saison dernière, le London Symphony Orchestra cette saison. Ce qui, évidemment, est très valorisant. Aujourd’hui, la vie s’est accélérée, le rythme des enfants a changé, mais la Maîtrise, comme au premier jour, est au service des grands compositeurs de l’Histoire et de son temps.
 
Y a-t-il des compositeurs, précisément, auxquels vous aimeriez passer commande ?
Bien sûr ! Georges Aperghis par exemple, qui a une approche très particulière de la voix humaine, Tristan Murail, Philippe Hersant, qui a déjà écrit pour la Maîtrise et qui, par son sens du mot, arrive à trouver un grand naturel dans l’écriture ; tout est là, chez lui, pour bien chanter. Dans un autre genre, Jonny Greenwood de Radiohead pourrait écrite des pages pour voix égales et onde Martenot tout à fait étonnantes.
 
Des disciplines se sont peu à peu ajoutées à l’emploi du temps des maîtrisiens. Y en a-t-il d’autres que vous aimeriez leur faire aborder ?
L’équipe pédagogique se remet en effet toujours en question. Nous ne nous figeons pas, nous avons les pieds dans une tradition et l’esprit dans notre époque. La rythmique Dalcroze, la technique Alexander, qui font partie de notre méthode pédagogique, permettent de trouver le plaisir de chanter. Nous avons tous une zone de confort et une frontière d’inhibition ; mon objectif est, pour chaque maîtrisien, d’élargir la première sans pour autant faire exploser la seconde. C’est pourquoi j’aimerais développer le travail sur le mouvement dans l’espace. Chanter de mémoire avec l’appui d’une mise en scène libère le corps. La Maîtrise organise d’ores et déjà des ateliers d’art dramatique, et j’aimerais que nous prévoyions aussi des ateliers de danse.
 
Avez-vous prévu d’autres enregistrements discographiques ?
Nous avons sorti en 2014 le disque Carnet de bord, consacré à Dutilleux, Daniel-Lesur et Britten. Dans quelques mois va sortir un disque de Noëls anciens avec les Musiciens de Saint-Julien. Je serais heureuse que la Maîtrise puisse effectuer un enregistrement avec le nouvel orgue de l’auditorium de la Maison de la radio. Les Litanies à la Vierge Noire de Poulenc pourraient figurer en bonne place dans un tel projet.
 
Propos recueillis par Christian Wasselin

Le concert du 18 octobre sera diffusé sur France Musique le vendredi 4 novembre à 20h et disponible en vidéo sur les sites francemusique.fr et Culturebox à partir de la même date.

 
 

Email

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables
Les données recueillies par Radio France sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d'informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de Radio France et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition sur les données vous concernant que vous pouvez exercer en écrivant, et en précisant l’objet de votre demande, à l’adresse suivante : Radio France, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16