Émissions en public suivies d'une expérience sonore d'Eric Samakh

Émission en public
Émissions en public suivies d'une expérience sonore d'Eric Samakh | Maison de la Radio
Samedi 24 octobre 2015 13h00 19H00 Maison de la radio - Agora
À l'occasion de la journée-événement FIAC à la Maison de la radio, France Culture propose des émissions en public depuis le studio installé dans l'Agora. À découvrir également, une expérience sonore à partir de l'œuvre sonore "La nuit des abeilles", créée par Eric Samakh pour la Nuit blanche 2015.

Backstage 

par Aurélie Charon, de 13h15 à 14h30
« Le Moyen Age sensuel » de Claudia Triozzi, chorégraphe, qui présente Comparses dans le cadre des Ouvertures/Openings, cycle de performances de la FIAC dans les salles du Musée du Louvre. 
Claudia Triozzi se confronte à la célèbre figure de La Belle Allemande ou Sainte Marie Madeleine de Gregor Erhart, à sa passivité, son pouvoir évocateur. La performance interroge le savoir faire mis en œuvre dans la sculpture. Elle pose la question de la restauration, de la survie dans le temps. Claudia Triozzi poursuit sa « thèse vivante » à travers interviews, rencontre avec des professionnels de la sculpture et de la restauration. Elle s’intéresse à la naissance de l’atelier de l’artiste. Elle viendra accompagnée des « invités » de sa performance : une spécialiste de la sculpture sur bois. 
LIVE : Kyrie Kristmanson retraverse des chants du Moyen Age, accompagnée d’un percussionniste.

> Diffusion lundi 26 octobre de 23h à minuit

Les Regardeurs 

par Jean de Loisy, de 14h45 à 15h45  
« La barre en bois rond et ses avatars » d’André Cadere (1934-1978)
"Une barre de bois rond est immuable, toute pièce étant à chaque fois différente l'une de l'autre, l'ensemble du travail étant une constellation. Cette constellation étant strictement limitée. D'un autre côté, mon activité n'a pas de suite, ni d'avenir. Il n'y a pas d'évolution, une barre de bois rond est." - Lettre d’André Cadere à Yvon Lambert, 24 mai 1978
Avec :
Melik Ohanian, artiste
René Denizot, philosophe et critique d’art

> Diffusion dimanche 25 octobre à 14h 

Une vie, une œuvre 

par Perrine Kervran, de 16h00 à 17h00 
« Peggy Guggenheim » avec Laurence Tacù, directrice des éditions de l’Herne et auteure de Peggy Guggenheim (Flammarion), Julie Verlaine, historienne, auteure de Femmes collectionneuses et mécènes, de 1880 à nos jours (Hazan), Fabrice Falhutez, historien de l’art spécialisé dans le surréalisme.
Au-delà de l’image de la riche croqueuse d’hommes américaine excentrique,  à chienchiens et lunettes papillons, Peggy Guggenheim a été une des plus pertinentes collectionneuse et galeriste du surréalisme. Elle a aussi été une mécène sur laquelle de nombreux artistes ont pu compter pendant et après la guerre, y compris Jackson Pollock à ses débuts.
Issue d’une très riche famille juive de New York, Peggy Guggenheim s’ennuie très tôt dans son enfance dorée. Elle perd son père volage dans le naufrage du Titanic et désormais, non seulement elle s’ennuie, mais en plus elle est malheureuse… De voyages en voyages elle finit par s’installer en France ou elle anime les folles soirées de Montparnasse en cherchant à s’encanailler au milieu des artistes. Elle y rencontre son mari Laurence Vail, ils vivent ensemble une riche vie de bohème entre alcool et avant-gardes, ont deux enfants et finissent par divorcer.
Marcel Duchamp va l’initier à l’art moderne puis au surréalisme : elle a enfin trouvé comment dépenser son argent. Elle fréquente tous les artistes du moment et commence à les financer… Mais la guerre approche et avec cette menace naît son désir de collectionner les œuvres d’art comme elle collectionne les histoires d’amour… avec passion, enthousiasme, voire voracité. Elle va réunir « la »  collection de référence en ce qui concerne le surréalisme.
Peggy Guggenheim est pleine de complexes et pourtant il est difficile d’exister aux côtés de cette papesse du surréalisme qui vivra une histoire d’amour avec Beckett et une autre avec Max Ernst. Elle a su développer son œil et sera une des premières à exposer Jackson Pollock. Elle finira sa vie entourée de sa collection devenue incontournable et de ses chiens, dans son palais de Venise, ou elle est devenue la dogaressa dont les lunettes de soleil et les boucles d’oreille sont entrées dans la légende.

> En direct

La nuit des abeilles

de 18h00 à 19h00 
Expérience sonore à partir de La nuit des abeilles par Eric Samakh

► Entrée libre dans la limite des places disponibles

Email

Aller plus loin