3 questions à Marie-Nicole Lemieux

Mardi 5 juin 2018
Email
3 questions à Marie-Nicole Lemieux | Maison de la Radio
Marie-Nicole Lemieux, après avoir été une Cassandre inspirée, au printemps dernier, sous la direction de John Nelson, sera Dalila les 12 et 15 juin au Théâtre des Champs-Elysées aux côtés de Roberto Alagna, en compagnie de l’Orchestre National de France et du Choeur de Radio France.
Camille Moraguès : Quelle est la part d'érotisme et la part de sacré dans Samson et Dalila  ?

Marie-Nicole Lemieux : L’érotisme, je crois, se cache dans les non-dits, dans la musique et dans la première impression que l’on a de Dalila. En effet, la première scène de Dalila est empreinte de sensualité, de douceur et de fragilité. C’est tout le contraire pour Samson qui représente, lui, le sacré, avec sa force, sa foi, sa dévotion pour son peuple. Pourtant, au fil de l’oeuvre, les rideaux tombent. Rien n’est tout blanc ou tout noir, on voit apparaître la rigueur, la froideur et la ferveur de Dalila pour son dieu. Et Samson devient faible, victime de ses désirs et de son amour pour Dalila. Tout se termine par la mort de chacun, car la violence les rend tous victimes.

C.M. : Quel est votre air préféré dans Samson et Dalila  ?

M-N.L. : Il y en plusieurs ! J’aime l’air « Hymne de joie » dans le premier acte ; « Printemps qui commence » est un bijou de sensualité et de délicatesse. La grande scène entre Samson et Dalila au deuxième acte, qui se termine avec le basculement de Samson, est magnifiquement construite et amenée. J’aime le phrasé de chacun, les lignes suaves et envoûtantes de Dalila et les affirmations, les objections de Samson, qui finalement baisse la garde, le tout commenté par un orchestre qui reflète les tourments intérieurs des protagonistes. C’est une grande scène. Et je ne parle pas du début du troisième acte avec la scène touchante de Samson qui pleure son sort !

C.M. : Dalila est-elle plutôt une Carmen ou plutôt une Salomé ?

M-N.L. : Dalila est Dalila ! Elle a un peu des deux, mais elle reste différente. Selon moi, elle a aimé Samson et a été blessée, dans sa chair, par l’attaque faite contre les siens. Le conflit intérieur, entre son peuple et son attirance pour Samson, s’est soldé par le choix de sa patrie et de son dieu. Cette décision eu pu être différente si Samson ne l’avait pas abandonnée… Qui sait…? Mais il y aurait eu un opéra tout autre dans ce cas. Dalila est une femme orgueilleuse, intelligente, patriotique et pudique à sa façon. Jamais nous ne saurons la vérité à son sujet. Je crois que les personnages antiques – et j’inclus aussi ceux de la Bible et de la mythologie – ont façonné notre psyché occidentale. Il n’y a qu’à passer les portes d’un musée, allumer la radio ou même se balader dans les villes pour s’en rendre compte. Chacun de ces personnages a quelque chose à nous apprendre ; la plus intéressante est pour moi de concevoir que la complexité des sentiments humains ne date pas d’hier, mais que c’est notre façon de les comprendre qui peut-être a changé.

Propos recueillis par Camille Moraguès
 
Email

Pour écouter Samson et Dalila

Samson et Dalila

Samson et Dalila | Maison de la Radio
Opéra en version concert

Chœur de Radio France
Orchestre National de France

Mikhaïl Tatarnikov direction
Roberto Alagna ténor
Samson et Dalila, un opéra qui tient de la fresque et de l’expression brûlante des passions les plus intimes.
Vendredi15juin201819h30 HORS LES MURS Théâtre des Champs-Élysées

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL