3 questions à Olivier Py

Mardi 9 mars 2021
3 questions à Olivier Py | Maison de la Radio
Le 7 mai, l’Auditorium de Radio France deviendra une scène de cabaret.
 
Olivier Py, quelle relation vous unit aux chanteuses avec lesquelles vous partagerez la scène de votre cabaret, le 7 mai prochain ?
Patricia [Petibon] est comme ma sœur. Nous avons participé ensemble à un nombre d’opéras qui ne se calcule plus, depuis plus de vingt ans de collaboration. J’ai eu également la chance de partager la scène avec elle, puisqu’elle m’a parfois demandé de chanter dans ses récitals. Elle m’a appris et aidé à utiliser ma voix, c’est une vraie technicienne, une musicienne prodigieuse. Angélique [Kidjo], c’est une autre grande histoire ; je suis tombé fou amoureux de l’artiste mais aussi de la femme. C’est un feu d’artifice de vitalité, de vie. Passer une journée avec elle vous offre de l’énergie pour trois semaines ! Elle aussi m’a aidé musicalement ; on a chanté ensemble à New York et ce fut une aventure magnifique. C’est la première fois que je réunis ces personnes-là ; elles ont en commun d’aimer l’art du crossover. Elles voguent entre plusieurs univers. Avec Patricia, on a pu sortir du répertoire strictement lyrique, lorsque nous avons chanté Léo Ferré par exemple. Quant à Angélique, elle va de la chanson française (elle interprète Edith Piaf admirablement) jusqu’au jazz et à la chanson béninoise. Elles ont une volonté de dépasser les frontières – ce qui me convient parfaitement, vu que je suis un individu hybride, sans genre et sans spécialité, même si j’ai eu une grande aventure avec l’opéra. C’est bénéfique de briser quelques rigidités.
 
Vous interprétez votre double, Miss Knife, cette fois-ci entourée d’un orchestre symphonique, au lieu de son traditionnel jazz band…
Quand il y a un orchestre, il y a un chef, ce qui m’offre un tout autre rapport que celui que j’ai pu avoir avec un quintette de jazz. Un quintette, où il n’y a que des solistes, me donne parfois l’impression de me retrouver au milieu d’autres chanteurs et chanteuses. L’expérience de l’orchestre passe donc avant tout pour moi par cette relation humaine créée avec son chef.
 
Comment vivez-vous, vous et votre double, cette période où le genre est au cœur des discussions et des préoccupations ?
C’est un sentiment incroyable pour moi qui ai traversé trente ans de Miss Knife. Quand j’ai commencé cette aventure, nous n’étions pas loin de l’opprobre ; chanter en travesti était extrêmement scandaleux, pouvait même déclencher de la violence. Je pense que j’ai chanté en travesti car je n’avais pas le courage de chanter avec mon propre visage. Ça m’aidait beaucoup. Aujourd’hui il y a une part d’admiration et j’ai l’impression d’avoir fait là un travail de pionnier. Jouer Miss Knife à travers la France et le monde, comme je l’ai fait, relevait d’une véritable aventure politique, car une vraie prohibition s’y opposait. Un cabaret travesti, cela faisait peur, c’était transgressif ; il n’y avait pas encore ces programmes devenus extrêmement populaires comme RuPaul, c’était vraiment scandaleux. Aujourd’hui, c’est en famille que l’on vient voir Miss Knife, cela me procure beaucoup de joie.
 
Propos recueillis par Gaspard Kiejman
 

Ecouter Olivier Py

Cabaret, Olivier Py and Friends - Concert sans public

Cabaret, Olivier Py and Friends - Concert sans public | Maison de la Radio
Concert symphonique

Orchestre Philharmonique de Radio France

Christophe Grapperon direction
Angélique Kidjo voix
Concert sans public diffusé le 13 mai sur France Musique. « Quelques femmes ont été mes sœurs de scène, ici et là, à Paris, à Bruxelles, à New York. Ute Lemper,...
Jeudi13mai202120h00 Maison de la radio et de la musique - Auditorium

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL