Alagna chante Otello

Mardi 5 août 2014
Alagna chante Otello | Maison de la Radio

Roberto Alagna revient au pied du mur d’Auguste, le mardi 5 août, en compagnie de l’Orchestre Philharmonique de Radio France que dirigera Myung-Whun Chung. Au programme, un sombre drame : Otello, l’avant-dernier opéra de Verdi (en direct sur France Musique et sur France 2).

Roberto Alagna est un familier du Théâtre antique. Ces dernières années en effet, l’Orchestre National l’a régulièrement invité à l’occasion du Trouvère (avec Gianandrea Noseda) en 2007, de Cavalleria rusticana et Pagliacci (avec Georges Prêtre) en 2009, de Turandot (avec Michel Plasson) en 2012. Cette fois, c’est au tour de l’Orchestre Philharmonique, avec lequel il avait chanté Faust en 2008 au pied du mur d’Auguste, de lui proposer l’un des plus beaux rôles du répertoire verdien : celui d’Otello, le maure de Venise, qu’a magnifié un Jon Vickers dans les années 1970 et qui nécessite à la fois de la vaillance mais aussi un sens aigu de l’expression dramatique. Car Otello est un opéra concis, dans lequel les émotions sont exprimées par Verdi avec une tension et une nervosité qu’on ne trouve pas dans tous ses précédents ouvrages.

Roberto Alagna aura à ses côtés Inva Mula, qui chantera Desdemona, et Seng-Hyoun Ko, qui sera Iago. Il faut rappeler ici que Verdi et son librettiste Boito avaient un temps songé intituler leur opéra Iago, précisément, pour se démarquer de l’Otello de Rossini. Verdi n’a-t-il pas toute sa vie durant cultivé la voix de baryton au point qu’il est devenu courant de parler de « baryton-Verdi » ?

La confrontation des deux personnages masculins est l’un des attraits majeurs de cet ouvrage. Deux personnages qui doivent se rapprocher, se confondre, se distinguer, se jalouser. Fraterniser pour mieux se haïr. « Dès que j’aborde un répertoire, c’est pour lui apporter quelque chose et non pour approcher d’un hypothétique style idéal », dit Roberto Alagna. Qui nous réservera sans doute quelques surprises en Otello. Surprises dramatiques, surprises vocales. « Je ne sais pas quel chanteur je suis, dit-il volontiers*. Je ne suis ni un ténor di grazia ni un ténor spinto. Je suis un ténor lyrique, si vous voulez, en ce sens que mon chant rend lyrique la parole, la déclamation. Mais parfois je ne sais même pas si je suis ténor ! » Vraiment ? « J’ai une voix naturellement grave, mais j’ai toujours fait des efforts surhumains pour devenir ténor. »

Souhaitons que le mistral soit à Orange le complice d’Alagna, souhaitons que le chanteur et le comédien soient au rendez-vous à parts égales, souhaitons que le chanteur puisse donner ce qu’il y a de meilleur en lui. Ces conditions une fois remplies, cet Otello peut être mémorable.

Florian Héro

* Voir Opéra Magazine n° 21, p. 8.

La soirée du 5 août sera diffusée en direct à 21h30 sur France Musique et France 2.

voir le site des Chorégies d’Orange

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL