Baroque mais sans perruque

Vendredi 27 avril 2018
Email
Baroque mais sans perruque | Maison de la Radio
Leonardo García Alarcón vient diriger Haendel à la tête de l’Orchestre Philharmonique de Radio France. Maxim Vengerov joue Bach en compagnie de l’Orchestre National de France. Mais où sont nos repères d’antan ?
Nous nous posons assez souvent la question de savoir s’il reste beaucoup de choses à faire dire aux vieux maîtres. Fréquenter les grandes églises parisiennes nous fait entendre d’innombrables Messie, et Vivaldi ne cesse d’effeuiller notre calendrier avec sa description géniale des saisons. Paradoxe délicieux : Vivaldi nous encourage à écouter le temps qui module et qui passe, mais, émerveillés par la virtuosité des traits du violon, nous restons là, sur notre banc usé, à écouter les Saisons encore et encore.

L’avènement de l’accessibilité numérique de la musique interroge notre « consommation » de la musique : en quelques minutes, nous pouvons entendre huit versions d’une même œuvre, vivre huit émotions différentes selon les interprètes, entendre Isolde mourir huit fois différemment sans jamais se lasser. La proximité de tous les genres musicaux est extraordinaire et effrayante, et l’exhaustivité de l’offre peut nous exciter et nous paralyser à la fois. Faire du neuf à partir du vieux : voilà un enjeu immémorial qui subsiste, même dans cette nouvelle époque de facilité d’accès.

Utilisons la métaphore de la forme sonate. Une sonate pour piano de Mozart s’inaugure avec un thème A qui se déroule de façon galante. Puis un thème B, plus nuageux, vient remettre en cause cette délicate atmosphère. Après l’exposition de ces deux thèmes, le développement s’amuse à les faire dialoguer, créant à partir de matériaux connus de nouvelles idées musicales mais surtout de nouvelles émotions. Cette technique prend un nom différent selon les concepts et les époques : Mozart l’appelait sonate, Hegel l’appelait dialectique. Il semble qu’elle prenne aujourd’hui le nom de crossover !
 
Un pianoforte en guise de basse continue
 
Le jazz se saisit du crossover dans les années 70, élargissant son public grâce à l’injection de pop, rock et R&B dans son identité. Plus récemment, jazz et Orient forment un couple fascinant. Mais si nous jetons un regard en arrière, l’immense travail de Mendelssohn dans la découverte de la musique de Jean-Sébastien Bach nous indique qu’il y avait déjà au XIXe siècle une certaine urgence à régénérer la création mais aussi le concert par l’introduction d’idées artistiques plus anciennes : Mendelssohn a dirigé le 11 mars 1829 à Berlin la recréation de la Passion selon saint Matthieu. Il a aussi émaillé ses propres œuvres de principes de composition propres à celle du cantor de Leipzig : son oratorio Paulus (1836) contient des chorals qui répondent aux mêmes règles que ceux de Jean-Sébastien Bach.

Aujourd’hui, la donne est différente. Composer dans le style ancien ne peut plus se faire sans référence au courant néoclassique de la charnière entre XIXe et XXe siècles, dans l’acceptation positive et négative du terme. Quant aux interprètes, désireux de faire entendre des choses nouvelles aux usagers des bancs usés précités, et qui ne veulent pas dénaturer l’un ou l’autre genre en se livrant à des crossover hasardeux, ils découvrent le plaisir intellectuel et sensible de faire dialoguer musique moderne et musique ancienne avec les moyens de la recherche aujourd’hui.

Le travail de Mendelssohn sur la Saint Matthieu était adéquat pour son époque mais ne montrait qu’un intérêt partiel pour la reconstitution historique : certains airs, récitatifs et chorals avaient été supprimés ; surtout, les oboi d’amore, oboi da caccia et la basse continue avaient été remplacés respectivement par des clarinettes, des cors de basset et un pianoforte Hammerflügel. Il a fallu attendre Harnoncourt en 1962 pour que les parties de cornets à bouquin des Vêpres de la Vierge de Monteverdi ne soient pas jouées par des trompettes modernes ou des hautbois. Encore aujourd’hui, il n’est pas tout à fait certain que le cornet à bouquin fasse partie des instruments connus de tous…
 
Comment était-ce vraiment, à l’époque ?
 
Se réfugier derrière la pensée que « de toute façon on ne pourra jamais vraiment savoir comment la musique était jouée à l’époque », devient une posture de plus en plus intenable, maintenant que nous redécouvrons et exploitons des traités d’interprétation et de technique instrumentale extrêmement précis.

Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faille disqualifier toute tentative d’interprétation de la musique ancienne sur les instruments modernes de l’orchestre symphonique. Tout est question de tradition : le geste créatif derrière l’interprétation d’une suite de Rameau par l’Orchestre philharmonique de Berlin dirigé par Emmanuelle Haïm n’est pas sans rappeler l’idée cachée derrière la composition de Pulcinella (1919) par Stravinsky d’après Pergolèse : une musique ancienne recréée par un instrumentarium délibérément décalé. Il s’agit d’assumer qu’il est question d’un objet musical neuf, différent, chargé de sens et d’émotion, issu d’une connaissance contemporaine du répertoire ancien parfaitement digérée.

Où se situe la différence entre une interprétation sur instruments anciens et une interprétation par un orchestre moderne ? Les instruments et orchestres modernes ont été conçus et rompus à la musique moderne : les exigences de la musique du XIXe siècle, plus tournés vers le gigantisme que les siècles précédents, ont fait de l’orchestre et de l’instrument un véhicule de puissance sonore extrêmement expressive. L’enjeu des interprètes de la musique ancienne sur instruments modernes est donc de parvenir poétiquement à faire conjuguer la virtuosité personnelle, quasi improvisée, propre à l’instrumentiste des XVIIe et XVIIIe siècles, avec la virtuosité générée par l’expression du génie du compositeur du XIXe siècle. Le court archet de violon, propre à traduire l’émotion du violoniste italien au XVIIe siècle, est devenu le long archet que nous connaissons aujourd’hui, peut-être plus encombrant, mais certainement plus sonore, avec un éventail d’expressivité propre à la musique plus tardive.

Deux virtuosités sur un même instrument, voilà qui ne manque de promesses esthétiques.
 
Christophe Dilys
 
Email

Vous aimerez

Haendel, Water Music | Maison de la Radio

Haendel, Water Music

Concert symphonique

Orchestre Philharmonique de Radio France

Kristina Mkhitaryan soprano
L’Orchestre philharmonique aborde les rives de la musique baroque avec une grande page vocale de Haendel et l’illustrissime Water Music.
Samedi05mai201820h00 Maison de la radio - Auditorium de Radio France
Bach, Concerto pour violon | Maison de la Radio

Bach, Concerto pour violon

Concert symphonique

Orchestre National de France

Maxim Vengerov direction / Maxim Vengerov violon
Maxim Vengerov fait le grand écart, entre violoniste et chef d’orchestre.
Dimanche06mai201816h00 Maison de la radio - Auditorium de Radio France
Haendel, Water Music - Hors les murs | Maison de la Radio

Haendel, Water Music - Hors les murs

Concert symphonique

Orchestre Philharmonique de Radio France

Kristina Mkhitaryan soprano
L’Orchestre philharmonique aborde les rives de la musique baroque avec une grande page vocale de Haendel et l’illustrissime Water Music.
Dimanche06mai201817h00 HORS LES MURS Scène Nationale, Albi

Découvrir

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL