Beethoven-Bartók, introduction à un cycle

Mercredi 21 octobre 2015
Beethoven-Bartók, introduction à un cycle | Maison de la Radio et de la Musique
Un siècle sépare Beethoven et Bartók. Le premier passe (à juste titre) pour le Titan de l’histoire de la musique ; un héritier de Haydn et de Mozart, un bousculeur de formes, un héros pour tout dire. Le second est l’enfant fébrile de l’Empire austro-hongrois, un artiste inspiré, inquiet, qui quitta l’Europe au moment de la guerre et s’en alla mourir tristement en Amérique. Deux destins, deux époques, deux esthétiques que Daniele Gatti et l’Orchestre National de France rapprochent pour le simple plaisir de l’écoute et de la confrontation, les 14, 18 et 21 novembre. Avec à la clef, du 13 au 15 novembre, quatre concerts de musique de chambre.

« EN L’ÉCOUTANT LES YEUX FERMÉS, on pouvait croire entendre Beethoven. Des passages d’une force incroyable alternaient avec des moments d’une extrême tendresse. Avec Bach, Beethoven est le compositeur qui a donné le plus à sa palette musicale incroyablement riche. Rien d’étonnant donc si le pianiste Bartók s’exprimait dans les œuvres de Beethoven avec la plus grande perfection ! » *  
 
A sa mort le 22 septembre 1945, Béla Bartók laisse l’une des œuvres majeures du premier XXe siècle : conjuguant âpreté expressive et perfection formelle. Énergique et austère, colorée et exubérante, d’une poésie mystérieuse. Inséparable de la formidable vitalité des avant-gardes de Budapest au tournant du siècle, Bartók, comme ses contemporains Debussy, Schoenberg, Berg ou Stravinsky, cherche un nouveau langage. Il a la révélation de sa voie en 1905, en entendant un jour un air folklorique et entreprend dès lors de longues collectes dans les campagnes de Hongrie et d’ailleurs. Les musiques paysannes vont irriguer en profondeur son langage lui donnant ses accents si particuliers. Une poésie et un esprit. Jamais des effets « carte-postale ».
 
Beethoven est l’un des compositeurs qui, avec Bach, ont le plus marqué Bartók : par les explorations de forme, la recherche de l’unité organique des œuvres, la passion des textures et des timbres. Bartók a une connaissance intime de Beethoven. Ses sonates et concertos pour piano sont, dès sa jeunesse, au répertoire de pianiste du compositeur hongrois. Toute sa vie, il mettra des sonates de Beethoven au programme de ses récitals. Quant aux quatuors à cordes de Beethoven, ils le bouleversent alors qu’il n’a que quatorze ans : on a souvent dit que l’extraordinaire cycle de six quatuors qui jalonne la vie créatrice de Bartók avait repris le genre là où Beethoven l’avait laissé.
 
Des affinités (notamment) musicales
 
Les affinités entre Bartók et Beethoven sont aussi de caractère et de vision du monde. Beethoven est enfant des Lumières et de la Révolution française. Il a fait siens les idéaux de liberté, d’égalité et de fraternité, et renie Bonaparte après l’avoir porté aux nues, quand il se déclare empereur. Le héros prométhéen est mort à ses yeux. Bartók, au tournant du siècle, appartient, lui, à une avant-garde attachée à la démocratie, à la liberté, à une Hongrie libre du joug austro-hongrois. Avec la montée des nationalismes et des fascismes, il se met en retrait et choisit en 1940 l’exil aux États-Unis. Voyage aller qui fut sans retour.
 
Dans les derniers mois de sa vie, Bartók entreprend en cachette un Troisième concerto pour piano, cadeau d’anniversaire pour sa femme Ditta. Comme il évoquait Beethoven et avec quel élan, dans une lettre de jeunesse à son premier grand amour Stefi Geyer, c’est avec une citation de Beethoven qu’il ouvre l’Andante de son dernier concerto pour piano. Il manquera dix-sept mesures à cette partition, ultime témoignage, au seuil de la mort, de l’attachement profond de Bartók à Beethoven.
 
Laetitia Le Guay-Brancovan
 
* Souvenir du pianiste Geza Frid, Bartók and His World,  Peter Laki, Princeton University Press.

 

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL