Daniele Gatti revient à Mahler

Jeudi 5 mars 2020
Daniele Gatti revient à Mahler | Maison de la Radio
Directeur musical de l’Orchestre National de 2008 à 2016, Daniele Gatti a notamment dirigé avec cette formation une intégrale des symphonies de Mahler. Le 7 mai, il revient à la Neuvième, la dernière des symphonies achevées par Mahler.
Daniele Gatti, quel place tient Mahler dans l’histoire de la musique ? et dans votre cœur ?
— Sa place dans l’histoire correspond à sa place dans la géographie. Il vient après Wagner et après Bruckner tout en imposant un style qui lui est très personnel. Il meurt trois ans avant la première guerre mondiale ce qui fait de lui l’héritier de la tradition symphonique européenne mais aussi l’un des grands musiciens du tout début du XXe siècle. Il est l’aîné de Schoenberg de quatorze ans, mais il connaît les musiciens de la nouvelle école viennoise, qui pour leur part l’admirent beaucoup. Il ne pourra pas néanmoins entendre leurs œuvres les plus radicales. Au pupitre, le risque est de se laisser emporter par sa propre vision, comme si on avait écrit soi-même la symphonie qu’on dirige ! Aussi mon point de départ est-il à chaque fois l’étude attentive de la partition. Il faut retrouver le projet caché du compositeur, mettre son cœur en sourdine pour entendre ce qu’il veut nous dire et nous faire dire. Mahler est un musicien avec lequel on ne peut pas mentir.
 
Mahler était lui-même chef d’orchestre, il a laissé à l’intention des interprètes des partitions méticuleusement écrites. Quelle liberté reste-t-il au chef d’orchestre qui aborde une de ses œuvres ?
— Le chef d’orchestre doit tendre vers ce qui est a écrit. Il faut qu’il comprenne pourquoi le compositeur a écrit à tel endroit ritenuto, accelerando ou crescendo, pourquoi il a tenu à noter le moindre petit rubato, etc. Interpréter une symphonie classique, en ce sens, est plus difficile car souvent un morceau est pourvu d’une indication de mouvement (Allegro, Andante...) sans autre précision. Avec Mahler, le chef doit se laisser guider par les indications, rester humble, tout en dirigeant de manière vivante et convaincue.
 
Pourquoi n’a-t-il selon vous jamais écrit d’opéra ?
— Il lui manquait le temps, sans aucun doute. Rappelez-vous que Mahler était un compositeur d’été, car durant la saison il était absorbé par son activité de directeur musical de l’Opéra de Vienne. Mais beaucoup de passages instrumentaux de ses symphonies sont écrits de manière très vocale, avec des portamentos expressifs qui ajoutent à tout ce qu’il peut y avoir de chant intérieur dans sa musique. Mahler n’a pas écrit de musique absolue comme Beethoven ou Brahms. Ses symphonies sont des drames sans paroles qui font alterner les mouvements longs et les mouvements brefs, d’ailleurs en nombre variable. Contrairement à celle de Bruckner, sa musique n’est pas fondée sur la seule progression harmonique. Sa démarche est plus théâtrale, plus rhapsodique, même s’il a voulu montrer dans certaines pages, je pense en particulier au « Rondo burleske » de la Neuvième Symphonie, qu’il maîtrisait parfaitement les techniques du contrepoint. Il y a du drame et de l’humour dans la musique de Mahler, beaucoup de nervosité, des souvenirs des musiques populaires juives, avec trompette et clarinette, juxtaposés à de grands horizons qui s’ouvrent sans fin. J’aime ces contrastes, mais certaines interprétations que j’ai pu entendre m’ont blessé : il est tellement facile d’aller dans le sens du kitsch, de l’exagération !
 
Propos recueillis par Christian Wasselin
 
 

Ecouter la Neuvième Symphonie de Mahler

Neuvième de Mahler, Daniele Gatti - Annulé

Neuvième de Mahler, Daniele Gatti - Annulé  | Maison de la Radio
Concert symphonique

Orchestre National de France

Daniele Gatti direction
La Neuvième est la dernière symphonie achevée par Mahler ; elle se partage entre révolte, ironie et désir d’apaisement. 
Jeudi07mai202020h00 Maison de la radio - Auditorium

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL