Dans la cuisine de Stanley Kubrick

Mardi 26 Février 2019
Dans la cuisine de Stanley Kubrick | Maison de la Radio
Didier de Cottignies a bien connu le cinéaste de 2001, l’odyssée de l’espace. Il nous raconte comment les bandes son des films de Stanley Kubrick s’élaboraient dans la cuisine du cinéaste.
Alors que j’étais étudiant à Londres, j’avais le même professeur de piano que la fille de Stanley Kubrick. Un soir, Stanley est venu assister à un concert de fin d’année. C’était peu après Barry Lyndon, vers 1976. Nous avons très vite sympathisé, et je suis devenu un familier de sa maison. Il s’agissait en réalité d’une espèce de manoir situé à St Albans, au nord de Londres, avec la cuisine comme point de ralliement. Le bureau de Stanley était interdit, car c’est là qu’il gardait ses secrets et qu’il faisait venir ses chats. Ce qui n’empêchait pas que vivent aussi dans la maison trois générations de golden rottweiler.

Kubrick voulait avoir très vite des réponses à toutes ses questions, et disposait d’une armée d’informateurs. C’était aussi un boulimique de lecture, abonné à une dizaine de journaux. On pouvait le trouver timide et bougon, mais c’était quelqu’un de gentil, de doux, de serviable. Il organisait régulièrement des concerts chez lui car ses enfants, le frère de sa femme et ses neveux pratiquaient tous un instrument. Le Quatuor Brodsky venait aussi, en toute décontraction, jouer chez lui. Avec quelques membres de la famille il lui arrivait de donner l’Octuor de Mendelssohn.

Kubrick employait volontiers le mot schmock, qui en yiddish veut dire quelque chose comme idiot ou demeuré, pour désigner les mauvais compositeurs de musique de film. Il préférait la compagnie des génies et avait dans la tête la manière d’utiliser la musique avant même de tourner une séquence. Un jour que nous évoquions une page de Mahler pour accompagner une scène d’un de ses films, il me dit : « Je me demande ce qu’en penserait Lenny… » Et hop, voilà Kubrick appelant Bernstein devant moi et lui demandant son avis sur notre idée ! Peu de temps après, alors qu’il avait loué un orchestre pour enregistrer un passage précis de la Troisième Symphonie, voilà qu’il se brouille avec le chef. Ah, comme il aurait préféré avoir Lenny au  pupitre ce soir-là ! Mais lors du Noël suivant, son beau-frère, qui était aussi son producteur exécutif, a la bonne idée de lui offrir l’enregistrement d’Ainsi parlait Zarathoustra dans la version de Karajan avec l’Orchestre philharmonique de Vienne. Cris de joie de Kubrick ! Mieux que la Troisième de Mahler, c’était la musique qu’il lui fallait impérativement pour son film 2001 ! La légende veut que Kubrick, ensuite, n’a pas obtenu les droits pour utiliser cette version dont les tempos correspondaient exactement à celui de son film, et qu’il a payé une autre maison de disque tout en utilisant l’enregistrement de Karajan, bien sûr sans le dire. Toujours est-il que le film a popularisé cette musique.

Plus tard, à l’époque d’Eyes Wide Shut, il disposait déjà de la partition de Jocelyn Pook, mais il voulait une autre musique pour illustrer une cérémonie mettant en scène une espèce de secte. J’ai beaucoup cherché avec lui, j’ai fouillé le catalogue Ocora, j’ai fini par dénicher des chœurs orthodoxes et des chœurs indiens qui lui convenaient parfaitement. Oui mais le sens des paroles ? Que se serait-il passé si quelqu’un avait compris ce qui se chantait ? Stanley a eu une idée très simple : faire tourner l’enregistrement à l’envers.
 
Propos recueillis par Christian Wasselin

Les concerts

De Shining à 2001 L'Odyssée de l'Espace  | Maison de la Radio

De Shining à 2001 L'Odyssée de l'Espace

Concert symphonique

Chœur de Radio France
Orchestre Philharmonique de Radio France

Alan Gilbert direction / Bertrand Chamayou piano
Ligeti dans 2001, l’Odyssée de l’espace, Bartók dans Shining : Stanley Kubrick a souvent utilisé les musiques du répertoire les plus inattendues.
Samedi16mars201920h00 Maison de la radio - Auditorium
Barry Lyndon Tribute | Maison de la Radio

Barry Lyndon Tribute

Concert symphonique

Orchestre Philharmonique de Radio France

Nicolas Alstaedt direction / Jean Rondeau clavecin
Stanley Kubrick fait partie des cinéastes qui soignaient avec méticulosité la bande-son de chacun de leurs films. L’Orchestre Philharmonique, ici, reconstitue celle de
Dimanche17mars201920h00 Maison de la radio - Auditorium
2001, l'Odyssée de l'Espace sur écran géant | Maison de la Radio

2001, l'Odyssée de l'Espace sur écran géant

Ciné-concert

Chœur de Radio France
Orchestre National de France

Pieter-Jelle de Boer direction
Projeté au Grand Rex dans des conditions spectaculaires, le chef d’œuvre de Kubrick trouvera dans le Chœur et l’Orchestre National de France, présents en direct, le...
Dimanche17mars201917h00 HORS LES MURS Le Grand REX

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL