L’accordéon, un jeu d’enfant

Mercredi 27 Février 2019
Email
L’accordéon, un jeu d’enfant | Maison de la Radio
L’accordéoniste Félicien Brut sera le héros du prochain numéro des Enfantines, le 8 juin.
D’où vient l’accordéon ? Les premières traces de la présence d’un instrument similaire remontent à 3 000 ans avant Jésus-Christ. L’empereur chinois Huang Ti lui-même aurait envoyé dans les montagnes le savant Ling Lun afin qu’il reproduise le son du phénix. Et c’est avec un instrument que Ling Lun revient : le cheng, premier instrument à utiliser la vibration libre des anches (24 tuyaux de bambou et une chambre de résonance). « J’ai été frappé en découvrant le travail de compositeurs comme Bartok, Grieg, Falla, Brahms, qui se sont inspirés systématiquement de musiques populaires, raconte Félicien Brut. Ce que j’essaie de faire aujourd’hui, c’est de faire écrire des pièces qui s’inspirent de l’histoire de l’accordéon tout en sonnant comme des pièces de musique classique ou contemporaine. »

C’est cependant dans les années 1830, à Vienne, que naît l’accordéon moderne, des mains de Cyrillus Damian, avec tout de suite une multitude de variantes morphologiques (claviers plus ou moins complexes, systèmes de soufflerie différemment actionnés, cousinage assumé avec l’harmonium). Très vite, des compositeurs s’intéressent à l’instrument : Rossini, Tchaïkovski, Charles Ives, Hindemith, Dutilleux, etc. Félicien Brut nuance, cependant : « L’accordéon a son public, différent du public habitué à la musique qu’on appelle classique, et un musicien comme Richard Galliano a beaucoup fait pour qu’il soit reconnu. En Russie, l’accordéon est depuis plusieurs décennies considéré comme un instrument classique à part entière. En France, c’est le genre musette et la musique populaire qui ont vraiment forgé son répertoire mais, simultanément, ne l’ont pas aidé à sortir de cette ornière. Je pense qu’on a l’avantage d’avoir un instrument populaire connu de tous, et c’est là un atout dont ne bénéficient pas forcément de tous les instruments de l’orchestre. Tout le monde, au moins, voit à quoi ressemble un accordéon ! Le défi, c’est d’amener cet instrument dans l’esthétique classique et, pour ce faire, je crois que nous ne devons pas renier son passé populaire. »
Aujourd’hui, il semblerait que sur les grandes scènes, l’accordéon se tourne vers les arrangements et les retranscriptions. « J’ai beaucoup d’affection pour les projets-là, car la musique de Couperin, de Rameau ou de Scarlatti marche magnifiquement bien à l’accordéon, poursuit Félicien Brut, mais je crois que l’intérêt est vraiment de créer un répertoire pour l’instrument. Je répétais il y a peu avec le tubiste Thomas Leleu, qui en arrive au même constat : quand un accordéoniste ou un tubiste veut faire une carrière de musicien classique, il faut qu’il pense autrement qu’un pianiste ou un violoniste, faute de disposer d’un répertoire immense. L’intérêt de nos instruments est de susciter des compositions nouvelles qui renoueraient à la fois avec le populaire et avec la création. »

Le 8 juin, Félicien Brut jouera avec Édouard Macarez, 3e contrebasse solo à l’Orchestre Philharmonique de Radio France : « La contrebasse, comme l’accordéon, tout le monde la connaît, mais surtout en tant qu’instrument d’accompagnement. L’idée du concert est de mêler tous ces aspects et de se tourner vers les enfants en racontant un voyage à travers le monde. »
 
Christophe Dilys
Email

Écouter Félicien Brut

Les Enfantines : accordéon et compagnie

Les Enfantines : accordéon et compagnie | Maison de la Radio
Concert Jeune public De 3 à 6 ans

Orchestre Philharmonique de Radio France

Félicien Brut joue de l’accordéon, ou plutôt des accordéons. Vous n’avez pas idée de tout ce qu’il peut faire !
Samedi08juin201911h00 Maison de la radio - Studio 104

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL