L’Angleterre, une nation d’auditeurs ?

Mercredi 3 juin 2020
L’Angleterre, une nation d’auditeurs ? | Maison de la Radio et de la Musique
 Le 6 juin, Benjamin Britten inaugure la saison de concerts « Le Temps retrouvé ».

Au fait, pourquoi est-il si difficile de citer un compositeur anglais entre Purcell et Britten ? Il y en a pourtant, mais nous ne les voyons pas. Faisons le point sur cette « finesse inaperçue, inexplicable, invisible comme le nez au milieu du visage ou une girouette sur la pointe d’un clocher » (Shakespeare).
 
Il a suffi de deux expressions pour creuser dans l’esprit de tous les mélomanes un gouffre de silence entre Purcell et Elgar ; deux idées qui n’ont jamais vraiment été remises en cause malgré l’immense impact sur notre perception de la musique anglaise au XIXe siècle : « la renaissance musicale britannique » et « une patrie sans musique ».
 
D’une part, l’idée d’une « renaissance musicale britannique », en référence aux années 1870 (Hubert Parry, Arthur Sullivan, Charles Villiers Stanford, puis Elgar, Holst ou encore Ralph Vaughan Williams), cristallise l’image d’une torpeur moyenâgeuse dont il fallait sortir depuis la mort de Purcell en 1695, ou par procuration celle de Haendel en 1759. D’autre part, la « patrie sans musique », pour reprendre la cruelle sentence prononcée par Brahms, n’est que la façade d’une tradition foisonnante de phrases désobligeantes envers la faculté de l’Angleterre à ne pas produire de compositeurs célèbres. Un fait que même les Anglais semblent approuver est troublant : « Si l’Angleterre cesse d’être une patrie sans musique, elle cessera d’être anglaise » (Sir Edward Elgar).
 
La musique, un luxe à importer d’Italie
 
Cette situation est d’autant plus troublante qu’il existe une explication philosophique à ce manque de musique. La musique anglaise, au XVIIe et au XVIIIe siècle, a subi un étrange revers : la montée de la moralité puritaine a créé la notion d’utilitarisme musical. La musique est devenue, avec le sport, l’escrime et les échecs, une industrie du corps et de l’âme very commendable (Perkins, Cases of Conscience, 1631). Un siècle plus tard, il a même fallu abandonner la pratique : « Un gentleman peut écouter de la musique, mais sa dignité lui interdit de la pratiquer » (Lord Chersterfield). La musique était ainsi devenue vers le milieu du XVIIIe siècle un « luxe à importer d’Italie, comme le vin » (Charles Burney). Il n’est donc pas surprenant que dans un tel contexte, les compositeurs anglais ont hésité à se manifester après Henry Purcell !
 
Une explication esthétique serait également à proposer : la nation anglaise était en 1700 une nation de théâtre. À l’époque où l’opéra régnait dans toutes les oreilles européennes, le drame en anglais s’était bien trop raffiné et ancré dans le cœur des Britanniques pour avoir besoin d’être augmenté par la musique. Quand Monteverdi et ses successeurs parlaient de dramma per musica, les Anglais répondaient par du théâtre avec la musique « utilisée » comme décoration. Le seul opéra anglais auquel nous pensons rapidement, Didon et Enée de Purcell, est d’ailleurs, après examen attentif, un habile mélange de danses françaises, d’airs et de récitatifs italiens, et de mouvements choraux anglais. Si la musique anglaise a du mal à se faire entendre sur le continent, c’est aussi qu’elle est composée selon les codes de genres incompréhensibles pour les continentaux (voluntariesmasks, etc.). Il serait intéressant de compléter cette explication esthétique avec l’idée que le mouvement romantique européen au XIXe siècle a mis en exergue des valeurs comme l’amour de la nature et du surnaturel, valeurs qui avaient déjà intéressé les Anglais un siècle auparavant. Arrivés au XIXe siècle, les Anglais étaient déjà prêts à se tourner vers le passé et à épouser la cause de l’antiquarianism, état d’esprit peu propice à l’invention musicale que l’Histoire cherche dans les compositeurs qu’elle veut immortaliser.
 
Un trop-plein, en réalité
 
En réalité, soit cette patrie « est sans musique », soit elle en grouille ! L’idée de Land ohne Musik est un mythe propagé par les mêmes musicologues allemands qui ont inventé l’idée de musique baroque : il fallait un axe clair entre l’Italie de Monteverdi et l’Allemagne de Bach, et l’Angleterre ne pouvait pas rentrer dans l’équation. Même si Londres était la première ville à faire fleurir une vraie de concert dans les années 1690. Même si en 1750, vous aviez le choix entre plusieurs saisons musicales, deux compagnies italiennes rivales, l’accès aux masques et pantomimes et, l’été, à des concerts en plein air.
 
Le tort de la musique anglaise vient aussi du fait qu’elle n’a jamais été centralisée, comme dans la capitale française ou les villes allemandes. Il n’existe pas de petites cours avec son orchestre en résidence, comme en Allemagne, ou d’ensembles vocaux et instrumentaux comme dans les églises d’Italie ; à la place, chaque ville, dès le milieu du XVIIIe siècle, possède sa société musicale d’amateurs, renforcée et dirigée par des musiciens professionnels.
 
Quant à citer des compositeurs anglais du XIXe siècle ? Cette pauvre Albion joue de malchance : Thomas Linley, ami de Mozart, s’est tué en bateau à vingt-deux ans ; Stephen Storace, sans doute élève de Mozart, a succombé à la maladie à trente-trois ans ; George Frederick Pinto, le compositeur de remarquables chansons et de musique pour piano, n’a pas atteint l’âge de vingt et un ans.
 
Christophe Dilys


 

A écouter

Mendelssohn/Bach, Lorenza Borrani | Maison de la Radio et de la Musique

Mendelssohn/Bach, Lorenza Borrani

Concert symphonique

Orchestre Philharmonique de Radio France

Lorenza Borrani direction / Olivier Doise hautbois
Certains musiciens allemands du XIXe siècle ont fait des œuvres de Bach leur livre de chevet : Mendelssohn est ce ceux-là, et c’est grâce à lui, on le...
Dimanche11octobre202016h00 Maison de la Radio et de la Musique - Auditorium
Le Roi Arthur - Annulé | Maison de la Radio et de la Musique

Le Roi Arthur - Annulé

Concert Jeune public À partir de 7 ans

Chœur de Radio France

La légende du Roi Arthur mise en musique par Henry Purcell nous est racontée par le Chœur de Radio France en 60 minutes chrono ! 
Samedi07novembre202015h00 Maison de la Radio et de la Musique - Studio 104
Dvořák, Nouveau Monde - Concert sans public | Maison de la Radio et de la Musique

Dvořák, Nouveau Monde - Concert sans public

Concert symphonique

Chœur de Radio France
Orchestre Philharmonique de Radio France

Krzysztof Urbański direction / Benjamin Grosvenor piano
Concert sans public diffusé en direct sur France Musique. Tout commence avec la nature selon Dvořák grâce au Chœur de Radio France. 
Vendredi05mars202120h00 Maison de la Radio et de la Musique - Auditorium

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL