Le baroque est une fête

Lundi 25 novembre 2019
Le baroque est une fête | Maison de la Radio
Le Codex Martinez Compañon, du nom d’un évêque du diocèse de Trujillo au Pérou, est l’un des plus captivants documents qui soient pour qui s’intéressent aux musiques pratiquées en Amérique du sud. Il témoigne de la vitalité de la musique vocale dans ces régions à l’époque qu’on appelle baroque. La Maîtrise de Radio France s’allie ici à la Capella Mediterranea de Leonardo Garcia Alarcon pour nous faire entendre ces pages étonnantes, issues du métissage entre rythmes espagnols et couleurs amérindiennes. Leonardo García Alarcón nous en dit plus.

Intitulé « ¡Fiesta barroca! », le concert donné le 23 janvier prochain fait appel au Codex Martínez Compañón. De quoi s’agit-il ?
Le Codex Martínez Compañón est un codex, c’est-à-dire un recueil de manuscrits reliés sous forme de livre, qui réunit presque toutes les chansons du XVIIIe siècle de cette partie du continent américain qu’on appellera Amérique latine, dont on a eu connaissance : chansons populaires ou chansons dédiées à la Vierge, ce qui dans cette région allait de pair. Soit plus ou moins une centaine de pièces, transmises par la tradition orale, et qui même aujourd’hui, en Bolivie ou au Paraguay, continuent à être chantées. Ce codex avait été beaucoup exploré par Gabriel Garrido, qui comme vous le savez fut mon maître. Et c’est grâce à lui que j’ai eu connaissance de nombre de ces pièces. Cette fois ce sont des musicologues actuels, comme Aurelio Tello et Bernardo Illari, qui ont retravaillé ce recueil.
 
Où se trouvait ce codex ?
On le trouve à Sucre et Potosi, en Bolivie, anciennes villes légendaires aux temps des Espagnols ; ainsi que, pour d’autres exemplaires, dans différents endroits du Pérou. Ce qui est logique car il concerne le vice-royaume du Pérou, dont aux XVIIe et XVIIIe siècles faisait partie la Bolivie, au sud de l’Amérique alors espagnole, et non pas le vice-royaume de la Nouvelle-Espagne au nord du continent.
 
Et comment cela se traduira pour le concert ?
Quito Gato, mon fidèle compagnon, guitariste et percussionniste dans mon ensemble Cappella Mediterranea, va me seconder avec des arrangements de son cru, afin de pouvoir interpréter ces pages avec la Maîtrise de Radio France et l’équipe des sept musiciens de la Cappella Meditarranea. En compagnie également de la soliste, la soprano argentine Jaia Niborski, chanteuse d’exception.
 
Propos recueillis par Pierre-René Serna
 
 

Ecouter ¡Fiesta barroca!

Fiesta barroca ! Leonardo García Alarcón

Fiesta barroca ! Leonardo García Alarcón | Maison de la Radio
Concert symphonique

Cappella Mediterranea
Maîtrise de Radio France

Leonardo García Alarcón direction
Jaia Niborski soprano
La Maîtrise de Radio France s’allie à la Cappella Mediterranea pour nous faire entendre ces pages festives issues d’un baroque témoignant de la rencontre...
Jeudi23janvier202020h00 Maison de la radio - Auditorium

En savoir plus

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL