Le talentueux Mr Yared

Mardi 12 janvier 2021
Le talentueux Mr Yared | Maison de la Radio
De 37°2 le matin au Talentueux Mr Ripley, Gabriel Yared a écrit bien des musiques de film réjouissantes. Il est le héros d’un concert donné le 29 janvier par le Chœur et l’Orchestre Philharmonique de Radio France.
 
Un concert consacré à la musique de Gabriel Yared est toujours une promesse de bonheur. Car sa musique est à l’image de son géniteur : naturellement chaleureuse, richement mélodique, ample et généreuse. Originaire du Liban, Gabriel Yared a des allures de citoyen du monde, même s’il est avant tout méditerranéen. Ses musiques de film nous entraînent dans des paysages variés et chatoyants. Du lyrisme de Camille Claudel aux paysages presque étals de Juste la fin du Monde, en passant par les ambiances solaires, et néanmoins ombrées, du Patient Anglais, le tango de La Lune dans le caniveau ou les motifs envoûtants du Talentueux Mister Ripley, tout nous invite ici au voyage.

Si Gabriel Yared est, depuis quarante ans, un de nos compositeurs de cinéma les plus talentueux, sa musique ne saurait être réduite à la simple illustration d’images de films, fussent-elles exceptionnelles. C’est que Yared conçoit ses partitions comme de la musique autonome, de la musique à part entière : « Quand je commence à écrire une ou des musiques pour un film, j’envisage chaque musique comme une composition à part entière avec un thème, des harmonies, un contrepoint puis des variations. Et, même si toutes mes recherches ne sont pas utilisées dans le film, il n’en reste pas moins que cette musique se tient par elle-même, elle a une architecture, une forme et se développe tout comme un prélude ou un mouvement de sonate ou un poème symphonique dont le point de départ provient du film et de mes discussions profondes (et étayées par des exemples musicaux) avec le réalisateur ou la réalisatrice. Ainsi, une musique que j’ai écrite POUR un film peut être jouée et entendue comme une œuvre en soi. Mais cette approche ne m’empêche surtout pas de ciseler ces musiques à l’image, une fois le film tourné et monté, et d’envoyer des maquettes précises pour chaque cue (scène avec musique) ! » Ces partitions conçues pour l’image deviennent ainsi des musiques créatrices d’images. Comme le dit encore Yared : « C’est une chance de pouvoir jouer ces musique sans les images du film, car cela permet au public de créer ses propres images. »

D’ailleurs, dans le riche programme du 29 janvier, figurent également des œuvres qui n’ont pas été conçues pour l’image, comme la Tarentelle du ballet Raven Girl, ou pas utilisées dans les films pour lesquels elles avaient été écrites : Adagio for an Unrealised film, en forme d’hommage à Jean-Sébastien Bach, le compositeur favori de Yared, et surtout la suite de Troy, une musique rejetée par les producteurs du film. Cette suite de Troy sera, d’une certaine façon, le clou de ce concert consacré à Gabriel Yared. D’abord parce que cette partition ambitieuse est totalement inconnue du grand public. Ensuite, parce que la jouer au concert est une façon de panser la plaie de ce refus qui s’est avérée très difficile à digérer pour Gabriel Yared. « J’ai travaillé très dur, pendant un an, sur cette partition. Je l’ai conçue comme une musique épique, dans la tradition des péplums du début des années 1960, tel que La Chute de l’Empire romain, qui m’impressionnaient quand j’étais enfant. L’enregistrement aux studios d’Abbey Road a été un véritable enchantement. Tout le monde sautait de joie. Et, brusquement, au stade du mixage, j’ai reçu un coup de fil m’annonçant que j’étais viré, sans autre forme de procès. Ça a été une profonde déception dont j’ai mis du temps à me remettre. Et c’est une des raisons pour lesquelles je suis heureux que cette suite, qui a été créée à Beyrouth l’an dernier, puisse être interprétée sur scène, aujourd’hui, à Paris. »

Un autre attrait de ce concert – et pas le moindre – sera la présence du compositeur sur scène au piano. Une tradition en quelque sorte pour Gabriel Yared qui laisse parfois sa place à un ou une autre pianiste pour les pièces les plus difficiles. « Je ne peux jouer que ma musique car je ne suis pas un virtuose du piano, mais j’adore être sur scène, entouré par l’orchestre. Je suis très timide sur scène mais je fais abstraction du public. Je me sens à la fois caché et protégé par l’orchestre. Au début, j’avais le trac, je me disais que je n’étais pas fait pour ça. Mais, finalement, avec le temps, j’y ai vraiment pris goût. Mes partitions sont, en général, très précises sur le plan du tempo, des nuances. Par conséquent, comme n’importe quel autre instrumentiste présent sur scène, il me suffit de les lire et de les projeter sur l’orchestre. »
 
Thierry Jousse
 
 

Ecouter Gabriel Yared

De 37°2 au Patient anglais, Le cinéma de Gabriel Yared - Concert sans public

De 37°2 au Patient anglais, Le cinéma de Gabriel Yared - Concert sans public | Maison de la Radio
Concert symphonique

Orchestre Philharmonique de Radio France

Dirk Brossé direction
Gabriel Yared piano
Concert sans public diffusé en direct sur France Musique et ARTE Concert. ...
Vendredi29janvier202120h00 Maison de la radio et de la musique - Auditorium

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL