L’idée fixe de Bruno Mantovani

Mardi 12 mai 2015
Email
L’idée fixe de Bruno Mantovani | Maison de la Radio
Co-commande de Radio France et du Festival Berlioz de La Côte-Saint-André, la Première Symphonie de Bruno Mantovani est intitulée « L’Idée fixe » en hommage, évidemment, au thème qui parcourt toute la Symphonie fantastique de Berlioz. Dédiée à Éric Montalbetti, elle sera créée le 22 mai à l’Auditorium de la Maison de la Radio, par l’Orchestre Philharmonique de Radio France dirigé par Pascal Rophé.

« L’IDEE FIXE » : LE TITRE renvoie évidemment à la Symphonie fantastique. Pourtant, la partition de Mantovani ne contient aucune citation de ce thème que Berlioz associait à l’inaccessible bien-aimée. Elle n’est pas non plus sous-tendue par un substrat littéraire ou autobiographique. D’une seule coulée, elle n’est pas divisée en mouvements aux titres évocateurs. Sa relation avec le prétendu modèle ? Outre l’affection réelle éprouvée par la compositeur pour Berlioz, elle consiste en un « travail sur l’obsession » où la frénésie de l’activité neutralise son propre mouvement. Une idée déjà exploitée dans Streets, programmé le samedi 23 à 20h. Mais la Symphonie n° 1 opère un changement de dimension de par sa durée (une demi-heure) et son ample effectif (bois et cuivres par quatre, six cors, quatre percussionnistes…).
 
Le couperet final
 
Des salves de notes répétées nourrissent le dynamisme, paradoxal puisque confinant à l’immobilité. Afin d’être perçues comme la manifestation d’une obsession (et non comme une continuité), ces répercussions se prêtent à des variantes sans lesquelles il n’est point de discours musical. Le compositeur joue notamment sur l’intensité, la densité de la texture (de la monodie à un quasi-tutti avec, au centre de l’œuvre, une étonnante section pour quatuor à cordes), la vitesse (poussée à l’extrême, la répétition se confond avec une vibration, voire avec une note tenue), la distribution des notes répétées entre les pupitres, l’irisation du timbre global par l’introduction de brefs silences trouant les lignes instrumentales. Dans plusieurs sections, les répercussions se cristallisent autour de saccades homorythmiques, dont l’harmonie et la couleur orchestrale (caractérisée par l’absence d’instruments graves) restent constantes.
 
À la dimension verticale s’oppose un motif mélodique fortement directionnel, dont les répétitions contribuent toutefois à intensifier l’obsession. Il s’agit d’un groupe de notes conjointes, au départ descendantes, soumises elles aussi à un travail de variante et de développement. Ce motif alterne avec l’écriture en notes répétées, à laquelle il se superpose davantage au fil de l’œuvre. Mais la partition se referme abruptement sur les répercussions harmoniques, tel le couperet qui, chez Berlioz, s’abat à la fin de la Marche au supplice.
 
Hélène Cao
 
Le concert du 22 mai sera diffusé en direct sur France Musique.
Email

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL