Marie-Nicole Lemieux chante Mahler

Lundi 31 mars 2014
Email
Marie-Nicole Lemieux chante Mahler | Maison de la Radio

Vous aimez Marie-Nicole Lemieux ? Ne manquez pas le concert dirigé par Myung-Whun Chung le vendredi 11 avril prochain : elle sera ce soir-là l’une des solistes de la Deuxième Symphonie de Mahler. Et chantera le rôle-titre de Tancredi de Rossini à partir du 19 mai.

Marie-Nicole Lemieux, c’est une voix, c’est aussi un tempérament. Qui ne l’a pas entendue sur France Musique, se prêtant de bon cœur au jeu des questions avec, par exemple, Lionel Esparza, ne sait pas ce qu’est une bonne humeur contagieuse. Mieux : qui ne l’a pas entendue s’amusant à contrefaire toutes les nuances de l’accent québécois avec son compatriote Jean-François Lapointe, ne sait pas ce qu’être simultanément drôle et savant signifie.

Revenons un peu en arrière. Trente ans. C’est peu. Il y a une trentaine d’années, la résurrection de la musique ancienne sur instruments historiques donna naissance à un nouveau mouvement appelé «baroque», qui permit de redécouvrir un répertoire, un nouveau sens de l’interprétation, puis de près en près une manière de chanter, une déclamation, une diction. Bref, un art de la langue et de son rapport à la musique. La musique française de XIXe et du début du XXe siècle a beaucoup gagné à cette redécouverte, et l’interprétation de la mélodie française, en particulier, ne s’est peut-être jamais si bien porté qu’aujourd’hui. Témoin ce nouvel enregistrement signé Marie-Nicole Lemieux, l’une des mezzos dont on parle, l’une de celles qui mettent l’opulence de leur voix au service de leur art.

C’est en 2000 que Marie-Nicole Lemieux, premier prix au Concours Reine Elisabeth de Belgique, s’est réellement fait connaître. Depuis lors, elle chante les grands rôles de mezzo, voire de contralto, sachant qu’il est toujours périlleux de distinguer l’une de l’autre voix. Marie-Nicole Lemieux n’a pas le timbre d’une Kathleen Ferrier, qui ferait d’elle une vraie contralto (tief alt, alto profond, comme disent les Allemands), ni d’une Marilyn Horne. Elle a un type de voix particulier, très personnel, soyeux dans le timbre et souple dans la manière de soigner la ligne, dont elle fait le meilleur usage, et qui lui permet de chanter aussi bien Anna dans Les Troyens de Berlioz que Giulio Cesare dans l’opéra du même nom, ou encore Mrs Quickly dans Falstaff, sans oublier certains rôles rossiniens comme Isabella de L’Italienne à Alger. Ce chant expressif, elle le pare d’une verve à toute épreuve, qui fait qu’il est toujours réjouissant de l’entendre chanter sur scène, à l’opéra ou au concert.

Florian Héro

Pour connaître Marie-Nicole Lemieux : « Ne me refuse pas », airs d’opéras français, dir. Fabien Gabel (1 CD Naïve). « L’heure exquise ». Daniel Blumenthal, piano (1 CD Naïve).

Le concert du 11 avril sera diffusé en direct sur France Musique.

Email

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL