Mendelssohn, prénom Fanny

Jeudi 12 novembre 2020
Mendelssohn, prénom Fanny | Maison de la Radio
Composé pendant l’été et l’automne 1834, le Quatuor à cordes en mi bémol majeur fut créé en privé au domicile de Fanny Mendelssohn peu de temps après que celle-ci l’eut achevé. Il nous revient le 22 novembre en compagnie des musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Radio France.
  
Pour Fanny Mendelssohn (1805-1847), composer un quatuor à cordes, c’est affronter le genre le plus noble de la musique de chambre : un défi pour tout musicien, plus encore pour une musicienne, puisque la jeune femme est l’une des premières compositrices à s’aventurer sur ce terrain. Au début des années 1830, elle avait toutefois osé quelques partitions aux effectifs et dimensions plus ambitieux : un Oratorio sur des scènes de la Bible (1831), la scène dramatique Hero und Leander d’après Schiller (1831), une Ouverture pour orchestre en ut majeur (1832).
 
Si elle compose sa première œuvre de chambre sans piano, l’Adagio ma non troppo et l’Allegretto du quatuor reprennent néanmoins le matériau des deux premiers mouvements d’une sonate pour piano, entamée cinq ans auparavant et laissée inachevée. Dans les premières pages de l’œuvre de chambre, elle glisse également quelques allusions au Quatuor à cordes en mi bémol majeur op. 12 et à l’ouverture pour orchestre Mer calme et heureux voyage de son frère Felix. Ces références ne l’empêchent pas de suivre sa propre voie, à l’écart des schémas préétablis.
 
Ne jamais oublier de chanter
 
De façon inhabituelle, son quatuor commence en effet avec un mouvement lent, qui n’est pas de forme sonate, où l’abondance des modulations et un passage fugué en mineur contribuent à la densité expressive. L’Allegretto, qui combine la légèreté de staccatos et de pizzicatos à des tensions chromatiques, fait office de scherzo. Si la Romanze repose sur les lignes cantabile de tous les instruments, elle frappe aussi par ses nombreux contrastes et la fréquence du mode mineur. Le finale conserve tout du long sa fraîcheur vif-argent (souvenir, peut-être, du dernier mouvement de l’Octuor de Felix), sans pour autant oublier de chanter.
 
La partition achevée, Fanny la soumet au regard intransigeant de son frère. Felix loue le scherzo et le thème de la Romanze, mais reproche que la construction et les modulations ne soient pas motivées par une « nécessité intérieure ». Fanny tente humblement de se justifier, invoque le modèle de Beethoven qu’elle n’aurait pas réussi à suffisamment assimiler. « Il me manque la force de retenir convenablement les idées, de leur donner la consistance nécessaire. » Doutant de son propre talent, elle ne reviendra plus genre du quatuor à cordes. En revanche, quelques semaines avant sa mort, elle achèvera un trio avec piano, l’une de ses œuvres les plus accomplies.
 
Hélène Cao
 

Ecouter Fanny Mendelssohn

PHILHAR’INTIME - Concert sans public

PHILHAR’INTIME - Concert sans public | Maison de la Radio
Concert de musique de chambre

Orchestre Philharmonique de Radio France

Xavier Phillips violoncelle
L’histoire a voulu que certaines musiciennes particulièrement douées se soient vues étouffées par les préjugés de leur temps.
Dimanche22novembre202016h00 Maison de la radio - Auditorium

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL