Mozart : Symphonie n° 41 « Jupiter »

Mercredi 26 mars 2014
Email
Mozart : Symphonie n° 41 « Jupiter » | Maison de la Radio

4 avril : un programme Mozart dirigé par Sir Roger Norrington ? On n’hésite pas un seul instant ! Voyons un peu, à ce propos, ce que cache la Quarante et unième symphonie.

La Quarante et unième est la dernière des symphonies composées par Mozart qui, si l’on tient compte de ses symphonies dites « de jeunesse » (mais la première « officielle », K 16, fut écrite alors qu’il n’avait que huit ans !), en laissa en réalité environ cinquante-cinq. Mozart, comme il le fit pour le concerto pour piano, magnifia le genre sans pour autant bouleverser une conception héritée des compositeurs viennois, notamment Carl Ditters von Dittersdorf et bien sûr Joseph Haydn, lequel commença de s’intéresser à la symphonie au moment où Mozart voyait le jour. On sait que les compositeurs de l’école de Mannheim (essentiellement Johann Anton Stamitz et son fils Carl) n’eurent qu’une influence indirecte et secondaire sur les Viennois et entretinrent des rapports plus féconds avec les musiciens parisiens. On rappellera aussi que les premières symphonies de Mozart, considérées comme des œuvres de divertissement, étaient destinées à être exécutées une seule fois.

La Symphonie « Jupiter » fut achevée le 10 août 1788. Elle clôt avec brio la trilogie finale des symphonies de Mozart, mise au point en huit semaines au cours de ce même été, sans qu’on sache avec précision quand ces trois partitions furent jouées pour la première fois (au Gewandhaus de Leipzig en 1789 ? à Vienne un peu plus tard ?). Elle ne fait aucunement référence aux dieux de l’Olympe (aucun programme, aucun argument littéraire ne vient accompagner la partition) mais fut ainsi baptisée par le violoniste et organisateur londonien de concerts Johann Peter Salomon au début du XIXe siècle. Il est vrai que cette symphonie convient parfaitement à tous ceux qui, rétrospectivement, ont vu dans le Mozart des dernières années un génie visionnaire annonçant le grand Beethoven (mais gardons nous de tout déterminisme dans la marche glorieuse de l’Histoire de la musique) : « De Jupiter à Prométhée, il n’y a qu’un pas », écrit François Dupray. Héros malgré lui, Mozart est aux prises, à cette époque, à des difficultés croissantes, à des « idées noires », à des difficultés financières qui le poussent à emprunter de l’argent à son frère de loge Puchberg. Sa fille Theresia meurt, âgée de moins d’un an, le 29 juin : les années sombres commencent.

Ainsi donc, «la force succède au charme» (François Dupray). La Symphonie «Jupiter», largement développée et d’un magistral équilibre par ses proportions, est aussi une œuvre de victoire par ses accents héroïques. Elle oppose volontiers les vents aux cordes mais, contrairement à la Trente-neuvième, qu’on appelle parfois pour cette raison « Symphonie maçonnique », n’utilise pas la clarinette (la partie de clarinette de la Quarantième fut quant à elle ajoutée après coup). Elle se compose de trois mouvements d’une durée à peu près égale, et d’un menuetto nettement plus bref. La vigueur du premier mouvement contraste vivement avec l’intimité du mouvement lent qui impose les sourdines aux instruments à cordes, qu’il fait dialoguer avec les bois dans une atmosphère d’une tendresse extrême. Le menuet qui suit, plein d’allant, fait figure d’intermède avant le superbe finale, mouvement de forme sonate traité en fugato qui s’achève dans l’éclat.

Christian Wasselin

Le concert du 4 avril sera diffusé en direct sur France Musique.

Email

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL