Mozart toujours recommencé

Lundi 12 janvier 2015
Mozart toujours recommencé | Maison de la Radio
Concertos, symphonies : les 22 et 23 janvier en compagnie de Schumann, les 30 janvier et 23 février en compagnie de Bruckner, mais aussi les 4, 5 et 22 février, 19 et 26 mars, Mozart est à l’affiche de nombreux concerts de Radio France.

Mozart fut longtemps appelé, avec une certaine complaisance, le « divin Mozart ». Il est vrai que son second prénom, Amadeus, ou plutôt Amadé (c’est E.T.A. Hoffmann, semble-t-il, qui lui donna sa couleur latine), signifie « aimé de Dieu ». On connaît aussi le Mozart poudré, galant, qui ne correspond guère à la réalité, ou plutôt à l’image qu’on se fait de cette réalité : certes, il y avait de la poudre sur la perruque de Mozart ; certes, il y a une part de galanterie dans sa musique ; mais les mots se sont tellement dévoyés qu’une pareille description reviendrait à faire de Mozart, ainsi brossé, un « petit maître ».
 
D’autres préfèrent chercher une innocence perdue chez Mozart, bien qu’il n’ait rien d’un bon sauvage, et bien que sa musique parcoure des souterrains et nargue des abîmes. Mais Mozart nous parle de légèreté, et nous éprouvons de la nostalgie pour cette légèreté qui est déjà en soi une expression de la nostalgie. « Nous pouvons nous réfugier dans l’œuvre de Mozart comme dans un Eden oublié, écrivait ainsi Paul Dukas. Il ne semble pas que nous puissions nous y établir à demeure ; le refuge est pourtant délicieux. On conçoit que, lassés des outrances et des excès de l’art d’à présent, choqués de ses éclats souvent cruels, de son apparat parfois grossier et de cette atmosphère de tremblement de terre qu’il fait flotter autour de lui, d’aucuns viennent y rêver et regretter... Mais que sert le regret ? Rien n’y fera : la musique ne saurait plus être un langage en soi. Nous traduisons, sans doute parce que nous ne sommes plus assez musiciens et peut-être aussi parce que Wagner et d’autres ont passé. »
 
Hermann Hesse n’affirme pas autre chose, lui qui fait de Mozart un génie familier : « Lorsque tout nous paraît désespéré, lorsqu’un ciel d’azur, une nuit étoilée ne parviennent même plus à éveiller notre enthousiasme, lorsque nous ne savons plus quel auteur lire, il arrive bien souvent que surgissent des trésors de notre mémoire : un lied de Schubert, une mesure de Mozart, un accord entendu dans une messe, une sonate – mais nous ne savons plus où et quand ».
 
Mais il reste que Mozart continue d’enchanter, quand bien même ses compositions instrumentales correspondraient à l’idéal de la forme classique et de l’écriture tonale (les opéras soulèvent d’autres questions). Avec celles de Haydn, les symphonies de Mozart incarnent, sinon une perfection, du moins un aboutissement. Beethoven cherchera autre chose, seuls Schubert, et peut-être le Bizet de la Symphonie en ut, essayeront de se rapprocher de cet extrême équilibre qui nous émeut bien qu’il n’y ait là aucune signification à chercher. « Sonate, que me veux-tu ? », demandait Fontenelle. Les sonates et les symphonies de Mozart ne nous veulent rien, ses concertos ne nous en disent pas plus, pourtant nous sommes là au cœur du trouble. Non pas qu’il s’agisse là d’un langage qui nous échapperait ; mais il y a une espèce de délicieux malaise à écouter Mozart, même privé de paroles. Mozart sans cesse recommencé, car sa musique instrumentale, encore une fois, est de longue date à l’affiche des concerts.
 
Aussi bien le Troisième Concerto pour violon que la Symphonie concertante pour violon et alto (dont le mouvement lent est en soi un lied à deux voix environné d’un monde-orchestre bienveillant), aussi bien le Concerto pour flûte et harpe (du style galant, certes, et parisien, mais transcendé) que le Vingtième concerto pour piano (ah, la section agitée du mouvement lent !), aussi bien la Trente-neuvième symphonie que le Concerto pour clarinette (jumeau consolateur du Requiem), aussi bien le Quatrième Concerto pour violon que la Gran Partita K 361 qui achèvera le grand cycle d’œuvres de Mozart donné dans le cadre des concerts de Radio France au cours de ce premier trimestre 2015, sont des œuvres qui ne disent rien mais qui confient beaucoup. Des confessions, en un mot, sans même un aveu.
 
Florian Héro

Pour écouter Mozart :

Marathon Schumann (1) | Maison de la Radio

Marathon Schumann (1)

Concerts du soir - Orchestre National de France
Deux symphonies de Schumann encadrent une symphonie concertante de Mozart.
Jeudi 22 janvier 2015 20h00 Maison de la radio - Auditorium
Marathon Schumann (2) | Maison de la Radio

Marathon Schumann (2)

Concerts du soir - Orchestre National de France
Deux symphonies de Schumann encadrent, cette fois, un concerto de Mozart.
Vendredi 23 janvier 2015 20h00 Maison de la radio - Auditorium
Mozart, Bruckner | Maison de la Radio

Mozart, Bruckner

Concerts du soir - Orchestre Philharmonique de Radio France
Wolfgang Amadeus Mozart Concerto pour piano et orchestre n°20 Anton Bruckner Symphonie n°7
Vendredi 30 janvier 2015 20h00 Maison de la radio - Auditorium
Mozart, Prokofiev, Janacek | Maison de la Radio

Mozart, Prokofiev, Janacek

Concerts du soir - Orchestre National de France
De la France à la Russie via l'Europe centrale.
Jeudi 05 Février 2015 20h00 Maison de la radio - Auditorium
Expresso concert / Janacek, Mozart | Maison de la Radio

Expresso concert / Janacek, Mozart

- Orchestre National de France
Une symphonie de Mozart, une rhapsodie de Janacek.
Mercredi 04 Février 2015 19h00 Maison de la radio - Auditorium
Fauré, Mozart, Messiaen | Maison de la Radio

Fauré, Mozart, Messiaen

Concert classique - Maîtrise de Radio France
De Fauré à Messiaen via Mozart.
Dimanche 22 Février 2015 20h00 Maison de la radio - Auditorium
Mozart, Bruckner | Maison de la Radio

Mozart, Bruckner

Concerts du soir - Orchestre National de France
Du concerto pour clarinette de Mozart à la Neuvième de Bruckner.
Lundi 23 Février 2015 20h00 Maison de la radio - Auditorium
 Strauss, Mozart, Haydn - CONCERT ANNULÉ | Maison de la Radio

Strauss, Mozart, Haydn - CONCERT ANNULÉ

Concerts du soir - Orchestre National de France
De Strauss à Strauss via Mozart et Haydn.
Jeudi 19 mars 2015 20h00 Maison de la radio - Auditorium
Expresso concert / CONCERT ANNULÉ | Maison de la Radio

Expresso concert / CONCERT ANNULÉ

- Orchestre Philharmonique de Radio France
Jeudi 26 mars 2015 19h00 Maison de la radio - Auditorium

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL