A propos de Francesca da Rimini

Mardi 7 octobre 2014
A propos de Francesca da Rimini | Maison de la Radio
Le 30 octobre, l’Orchestre National de France interprétera L’Enfer de Dante selon Tchaïkovski sous la direction de Leif Segerstam.
 
Tout comme les Allemands (de Schütz à Nietzsche, de Dürer à Brahms et à Schopenhauer), les artistes russes furent irrésistiblement attirés par le soleil et le Midi. On se souvient aussi qu’avant Glinka, Tchaïkovski et les Cinq, la musique russe dite savante n’existait à Saint-Pétersbourg, et dans une moindre mesure à Moscou, que par la grâce de compositeurs français et italiens d’importation tels Boïeldieu, Galuppi, Sarti ou Paisiello. Au fil du XIXe siècle, cependant, la Russie sut s’émanciper de l’influence italienne et trouver ses chemins propres. C’est ce que propose de montrer ce concert.
 
Tchaïkovski, que les histoires de la musique un peu hâtive, qualifient de musicien russe occidental (mais qui d’autre que lui aurait pu composer Eugène Onéguine ou La Dame de pique ?) fut obsédé par la question de la musique à programme. Il s’en explique à propos de ses trois dernières symphonies, et bien sûr ne cache pas l’argument qui inspire ses poèmes symphoniques tels que Roméo et Juliette ou Francesca da Rimini. Programme : c’est dire qu’une donnée littéraire est à l’origine de ces partitions, à la manière des poèmes symphoniques de Liszt et de Richard Strauss.
 
S’agissant de Francesca da Rimini, Tchaïkovski a choisi un épisode de la Divine Comédie de Dante mais aussi une illustration de Gustave Doré représentant le Chant V de « L’Enfer » de ce poème. André Lischké résume ainsi cet argument : « Dante, accompagné de Virgile, descend aux Enfers. Parmi les âmes des damnés emportés par l’ouragan, il aperçoit celles de Francesca et de Paolo. Francesca lui raconte comment, étant amoureuse de Paolo, elle fut mariée contre son gré au frère de celui-ci. Comme elle continuait à voir Paolo en cachette, un jour son époux les surprit alors qu’ils échangeaient un baiser, et les poignarda tous les deux. Ayant terminé son récit, Francesca est à nouveau emportée, dans les bras de Paolo, à la suite du tourbillon des damnés. Saisi d’une compassion infinie, Dante tombe sans connaissance ».
 
Créé à Moscou en mai 1877 sous la direction de Nicolas Rubinstein, ce poème symphonique suit une organisation stricte : introduction grinçante, premier épisode au pays des âmes gémissantes, puis ouragan, récit poignant de Francesca (à la clarinette), et retour de l’ouragan qui balaye tout. Plus encore que Roméo et Juliette ou La Tempête, cette page est un sommet de compréhension musicale d’un texte littéraire et, comme tout poème symphonique accompli, peut s’écouter en soi, sans le secours des mots. Si l’ombre de Liszt plane au-dessus de l’œuvre (le Liszt de la Dante-Symphonie), on ne saurait oublier que Francesca da Rimini fut composé pendant que Tchaïkovski assistait, en 1876, aux premières représentations données au théâtre de Bayreuth. Les harmonies et les couleurs wagnériennes y ont laissé leur empreinte.
 
Florian Héro
 
Le concert du 30 octobre sera diffusé en direct sur France Musique et sur le réseau de l’UER.

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL