Qui étaient les Six ?

Mardi 27 août 2019
Qui étaient les Six ? | Maison de la Radio

IL ÉTAIT UNE FOIS SIX JEUNES MUSICIENS que réunissait une franche camaraderie. L’aîné s’appelait Louis Durey, il avait vu le jour en 1888. Trois autres étaient nés en 1892 (Arthur Honegger, Darius Milhaud et Germaine Tailleferre) et deux en 1899 (Francis Poulenc et Georges Auric). En 1918, la France sort de la guerre. L’Allemagne est vaincue et, pour certains, la musique allemande est elle aussi défaite. L’heure est aux Années folles, celles de l’insouciance et de la légèreté retrouvées. Wagner, voilà l’ennemi ! Place à une musique claire, nette, concise, à la manière de Satie ; des mélodies franches plutôt qu’un récitatif sinueux, de la polytonalité ensoleillée plutôt qu’un chromatisme humide et ténébreux !

Mais les ressemblances entre les six musiciens s’arrêtent là : contrairement au groupe des Cinq qui, au siècle précédent, avait réuni cinq compositeurs souhaitant défendre une certaine idée de la musique russe, loin des conventions occidentales, les Six n’adoptèrent aucune posture militante. La clarté qu’on a citée n’était que la promesse d’un idéal : celui d’une musique française réconciliée, pleine d’allant, libérée de la métaphysique.

Le groupe des Six n’exista en lui-même que quelques années. Il vit le jour de manière informelle dès 1918, à Montparnasse, où Blaise Cendras organisait des expositions de peinture et œuvrait au dialogue entre les arts. Deux ans plus tard, Darius Milhaud invita cinq de ses amis compositeurs chez lui, et c’est ce soir-là que le journaliste Henri Collet annonça dans un article de Comoedia la naissance d’un « groupe des Six ».

Une œuvre collective (Les Mariés de la tour Eiffel) et un manifeste de Cocteau (Le Coq et l’Arlequin) donnèrent l’illusion d’une esthétique commune, mais les dîners qui réunissaient les six musiciens, le samedi, au cabaret Bœuf sur le toit, s’arrêtèrent en 1923 après la mort de Raymond Radiguet, ami de Cocteau (Durey s’en était retiré dès 1921).
Chacun continua de parcourir son propre chemin, avec des fortunes diverses. Si Poulenc semble définitivement inscrit au répertoire, Milhaud et Honegger y apparaissent de manière moins régulière. Auric, lui, est resté célèbre pour ses musiques de film. Quant à Tailleferre et Durey, on aura l’occasion de redécouvrir leur musique. Cent ans plus tard, Radio France remet à l’honneur des musiciens qui ne rechignaient pas à utiliser les rythmes du music-hall et les couleurs du cirque pour épicer leurs partitions.
 
Christian Wasselin
 

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL