Un voyage avec Alexandre Desplat

Lundi 10 septembre 2018
Email
Un voyage avec Alexandre Desplat | Maison de la Radio
Alexandre Desplat a enregistré la musique de Valerian à Radio France avec l'Orchestre National, qu'il retrouve le 8 décembre à l'occasion de deux rendez-vous consacrés à sa musique.
À Paris ou à Hollywood, réclamée par les plus prestigieux studios du septième art, la musique d’Alexandre Desplat est une merveilleuse invitation au voyage, prête à guider le spectateur jusqu’aux confins écossais de Poudlard ou dans les méandres de la république imaginaire de Zubrowka. Avec des mélodies aussi envoûtantes que l’idylle impossible entre Bella et Edward dans Twilight, un orchestre capable de rivaliser de puissance avec l’ultime combat de Harry Potter contre Voldemort, elle nous étonne surtout par des instrumentations inouïes, dignes du décor improbable d’un Hôtel hors du temps, souvenir d’un Monde d’hier qui n’a probablement jamais existé que dans l’esprit de son bâtisseur. Il faut dire que nous avons le choix des destinations tant la filmographie d’Alexandre Desplat est abondante, par deux fois primée aux Oscars (The Grand Budapest Hotel en 2015, La forme de l’eau en 2018), et s’enrichit chaque année de plusieurs partitions nouvelles.

Aux collaborations avec Guédiguian, Audiard, Leconte, de Broca, Girod, Weber, Auteuil ou Besson, s’ajoutent les rencontres plus internationales : Frears, Fincher, Ephron, Anderson, Polanski, Hooper, Malick, Clooney, Affleck, Del Toro et Garrone, liste assurément non exhaustive, et qui ne prendrait sens qu’à la lecture des titres. Citez seulement les « Reliques de la Mort » d’Harry Potter, les vampires de Twilight ou les énigmes de Largo Winch, et vous verrez les yeux de vos enfants et de vos adolescents briller, car eux-mêmes en sont familiers autant que vous-mêmes peut-être connaisssez Le Discours d’un roi. Pourquoi aime-t-on la musique d’Alexandre Desplat ? Pour ses personnages peut-être…

Alexandre Desplat – Quand j’écris la musique, je tente de me rapprocher de chaque personnage afin de mieux entrer moi-même dans l’histoire. Je m’inspire autant de la dimension narrative du film que de la façon dont cette narration est mise en scène. On ne peut dissocier un scénario de la réalisation de ce sénario, si bien que les personnages deviennent mes guides au même titre que le réalisateur. Ainsi George VI, dans Le Discours d’un roi, m’a-t-il touché par sa fragilité et sa mélancolie, mais aussi par son incapacité à communiquer avec les mots. La musique est devenue sa voix intérieure, sa manière de nous transmettre ses émotions intimes. Je lui ai attribué une formule composée sur une seule note, traduisant parfaitement sa difficulté à dire les choses. Dans La Forme de l’eau au contraire, le mutisme de Lisa m’a inspiré un thème plus lyrique, parce que la jeune fille déborde d’envie de vivre, et que sa mélodie était appelée à fusionner avec le thème d’amour, dont les arpèges sont comparables à de grandes vagues.

Pour les atmosphères fantastiques du Conte des contes ainsi que celles du Merveilleux magasin de Mr. Magorium, mais aussi pour les danses un peu folles qui rythment la fuite délirante des deux héros de Grand Budapest Hotel, le compositeur précise :

AD – Avec La Forme de l’eau, j’ai opté pour un ensemble de flûtes de différentes tailles ; il me semblait pouvoir évoquer les profondeurs et la liquidité de la matière. Pour The Grand Budapest Hotel, j’avais besoin de faire entrer le spectateur dans ce petit pays qu’on situe en Europe centrale. Je ne voulais ni un orchestre à cordes classique ni une musique permettant une identification géographique plus précise. Je préférais des parfums et des couleurs exotiques loin de toute musique traditionnelle authentique, et je crois les avoir trouvés avec ces balalaïkas et ces timbres de cithare, de cymbalum ou de cor des Alpes. Quand j’ai réorchestré la partition pour ses reprises symphoniques, j’en ai préservé le caractère en enrichissant l’effectif classique par l’intervention de la guitare et de la mandoline.

Et parce que le compositeur fait aussi du cinéma, il nous invite à la découverte de la musique qu’on appelle classique :

AD – Enfant, j’ai étudié la trompette et le piano avant d’opter pour la flûte traversière*. J’ai alors eu un professeur formidable qui me transmettait son savoir avec douceur, de façon beaucoup moins sévère que mon précédent professeur. La naissance d’un musicien dépend souvent d’une rencontre, du partage avec un maître qui vous rend la musique indispensable, fait en sorte que vous ne pouvez plus vous défaire de votre instrument. Adolescent, j’aimais particulièrement les bandes originales de Star Wars de John Williams car il s’y mêlait tout ce que j’aimais de Wagner, Debussy et Ravel, de Chostakovitch et Prokofiev. Je trouvais extraordinaire que le cinéma pût faire entendre tout ça à mes camarades qui ne connaissaient pas la musique classique. Quand j’ai écrit la musique du deuxième épisode de la saga Twilight, je n’ai donc pas voulu m’installer dans les sonorités les plus familières aux adolescents, mais j’ai cherché un thème très simple et séduisant, qu’ils se sont empressés de reprendre chez eux, en s’enregistrant sur leur clavier et en diffusant la vidéo de leurs exploits sur internet. Ce thème, tout du long du film, se complique progressivement tout en préservant sa mélodie principale, et accompagne les jeunes auditeurs dans leur plongée dans l’orchestre.

Si la musique d’Alexandre Desplat survit à la disparition de l’image, sans doute est-ce parce qu’elle ne cherche pas, dans les films déjà, à se mettre en avant. Elle sait même se faire suffisamment discrète quand elle veut seulement jouer le rôle d’un paysage en arrière plan, rendre perceptible, sans qu’on s’en rende compte, la dimension psychologique que le visuel ne peut pleinement traduire :

AD – Certains films, ceux d’Audiard par exemple, me semblent craindre la mélodie, car celle-ci irait à l’encontre du discours, et risquerait d’imposer une esthétique incompatible avec le sujet ou la façon dont celui-ci est traité. Il ne faut pas oublier que la musique de film n’a pas non plus vocation à doubler l’image.

François-Gildas Tual

* Une œuvre nouvelle pour flûte solo d’Alexandre Desplat sera donnée en création mondiale par Emmanuel Pahud le jeudi 6 décembre 2018 à 20h dans le cadre du concert « Au-delà de l’image » donné par l’Orchestre National de France sous la direction du compositeur.
Email

​Écouter la musique d'Alexandre Desplat

Au-delà de l’image, Alexandre Desplat | Maison de la Radio

Au-delà de l’image, Alexandre Desplat

Concert symphonique

Orchestre National de France

Alexandre Desplat direction / Emmanuel Pahud flûte
L’orchestre National de France et le compositeur Alexandre Desplat réunis à l’occasion d’une soirée consacrée à un artiste qu'il faut écouter aussi pour lui-même,...
Jeudi06décembre201820h00 Maison de la radio - Auditorium de Radio France
Alexandre Desplat, Harry Potter et Cie | Maison de la Radio

Alexandre Desplat, Harry Potter et Cie

Concert Jeune public À partir de 7 ans

Orchestre National de France

Alexandre Desplat a  été récompensé par l’académie des Oscars et des Césars. Il dirige et présente ce concert.
Samedi08décembre201817h00 Maison de la radio - Auditorium de Radio France

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL