Une gitane aux Champs-Élysées

Lundi 30 janvier 2017
Email
Une gitane aux Champs-Élysées | Maison de la Radio
La splendide Carmen de Bizet sera deux fois de suite à l’affiche au Théâtre des Champs-Élysées, les 31 janvier et 2 février, avec une distribution de luxe qui affiche notamment Marie-Nicole Lemieux dans le rôle de l'irrésistible Carmencita. Simone Young sera au pupitre et mettra tout son feu austral dans l’arène andalouse.

ON A TOUT DIT et tout écrit sur Carmen, sur l’insolence de son succès quand on sait quelles étaient les mœurs musicales (et sociales !) de l’Opéra Comique en 1875, sur les récitatifs écrits par Guiraud, sur la Habanera et la Séguedille, sur la manière dont Meilhac et Halévy ont transformé la nouvelle de Mérimée en lui adjoignant le personnage de Micaela, nécessaire pour que le public y retrouve ses agneaux, nécessaire aussi à l’équilibre vocal de l’œuvre.
 
On n’a peut-être pas suffisamment insisté sur la beauté de ce rôle, précisément, qu’on ne peut pas réduire à une jeune fille sans défense. Le duo avec Don José, au premier acte, en particulier, qui fait toujours sourire, est un moment musicalement très inspiré ; qu’on écoute sans préjugé ce vaste duo à partir de « Votre mère avec moi » : rien de plus souple, de plus galbé, de plus allant que ce récit de Micaela ; c’est à partir de « Ma mère, je la vois » que la tension tombe un peu, mais le retour de Micaela, au troisième acte, s’effectue avec de nouveau une mélodie d’un magnifique envol (« Je dis que rien ne m’épouvante »), qui transcende largement les paroles. "Mieux on connaît Carmen et plus on en admire la facture à ce point qu’on serait tenté de dire que la mariée est trop belle, qu’il y a du divorce dans l’air : tant de merveilles pour les amours éphémères d’une cigarière et d’un brigadier, c’est vertigineux, ça ne peut pas durer et rien, sans doute rien ne donne davantage le pressentiment de la fragilité que la Beauté", écrit Gérard Condé.

Qu’on écoute aussi le quintette du deuxième acte (« Nous avons en tête une affaire ») : Bizet, de toute évidence, s’est souvenu là du trio de Benvenuto Cellini de Berlioz. Alors, Carmen, un scénario impeccable ? Oui, et un personnage furtif, insaisissable (celui de Mérimée) transformé en mythe (celui de l'opéra). Et une partition qui compte parmi les plus opulentes de l'histoire du théâtre lyrique.
 
Florian Héro
 
La Carmen du 2 février sera diffusée en direct sur France Musique.

 
Email

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL