Ils parlent de la harpe

Jeudi 18 décembre 2014
Ils parlent de la harpe | Maison de la Radio
Le concerto pour harpe de Toshio Hosokawa, joué le 7 janvier, est l’occasion de parler de cet instrument aussi évocateur qu’une sirène ou un lys ployé.

« Je ne vins point hier, parce que j’avais été invité la semaine passée par le comte d’Oginski à l’entendre jouer de la harpe ; ce qui se fit hier en secret. Nous n’étions que Mme d’Épinay, le comte et moi. Je ne connaissais point cet instrument. C’est un des premiers que les hommes aient dû inventer. Rien n’est plus simple que des cordes tendues entre trois morceaux de bois. Le comte en joue d’une légèreté étonnante. Il ne laisse pas imaginer, par l’extrême facilité qu’il a, qu’il exécute les choses les plus difficiles. La harpe me plaît ; elle est harmonieuse, forte, gaie dans les dessus ; triste et mélancolique dans les bas ; noble partout, du moins sous les doigts du comte, mais moins pathétique que la mandore. »
 
Diderot à Sophie Volland, 2 août 1760
 
 
« La harpe passait pour un instrument ingrat, on le dédaignait. Mais quand Beaumarchais y eut appliqué les connaissances qu’il avait en mécanique, il le perfectionna, le mit en vogue par la grâce qu’il lui prêtait en accompagnant des sons mélodieux de cet instrument les chansons ou les scènes qu’il composait, et qui respiraient la vie et la volupté. »
 
Gudin de La Brenellerie
 
 
« L’attitude qu’elle exige prête un jour favorable au développement de toutes les grâces. La tête d’une belle femme prend alors l’air du transport et du ravissement ; ses doigts délicats et dociles voltigent sur les cordes ; les sons semblent descendre des cieux ; un bras arrondi se déploie, un pied mignon s’avance et semble attirer tous les yeux. »
 
Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris (1781)
 
 
« Par une de ces journées sombres qui attristent la fin de l’année, et que rend encore plus mélancoliques le souffle glacé du vent du Nord, écoutez, en lisant Ossian,la fantastique harmonie d’une harpe éolienne balancée au sommet d’un arbre dépouillé de verdure, et vous pourrez éprouver un sentiment profond de tristesse, un désir vague et infini d’une autre existence, un dégoût immense de celle-ci, en un mot une forte atteinte de spleen jointe à une tentation de suicide. Cet effet est encore plus prononcé que celui des harmonies vocales de la chapelle Sixtine ; on n’a jamais songé cependant à mettre les facteurs de harpes éoliennes au nombre des grands compositeurs. »
 
Berlioz, Mémoires, chapitre 39
 

« Sa harpe est une sirène au beau col incliné, aux longs cheveux épars, qui exhale des sons fascinateurs d’un autre monde, sous l’étreinte passionnée de ses bras puissants. »
 
Berlioz, Mémoires, Premier voyage en Allemagne
 
 
« Les bas-reliefs de Thèbes, où l’on retrouve une minutieuse représentation des harpes antiques, prouvent qu’elles n’avaient pas de pédales, et que par conséquent elles ne modulaient jamais. Ce bel instrument, dont l’origine se perd dans la nuit des temps, paraît avoir joué un grand rôle en Égypte, dans les graves cérémonies du culte d’Isis. »
 
Berlioz, De l’instrumentation
 

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL