A propos du Concerto « À la mémoire d’un ange »

Jeudi 18 décembre 2014
A propos du Concerto « À la mémoire d’un ange » | Maison de la Radio
Composé d’avril à août 1935 à Vienne puis sur les rives du Wörthersee, le concerto pour violon de Berg fut réé le 19 avril 1936 à Barcelone par son commanditaire, Louis Krasner, sous la direction d’Hermann Scherchen. Il nous revient le 10 janvier sous les doigts de Christian Tetzlaff.

Tous ceux qui ont approché Alma Schindler, avant ou après son mariage avec Gustav Mahler, sont tombés sous le charme. Alban Berg ne fut pas en reste ; en témoigne le Concerto à la mémoire d’un ange, hommage posthume à une « belle adolescente rieuse et grave à la fois », Manon Gropius, fille d’Alma et du célèbre architecte Walter Gropius, morte à dix-huit ans de paralysie infantile, le 22 avril 1935. C’est naturellement à la mère que s’adresse ce requiem instrumental avec, à travers elle, une référence à Mahler lui-même tant par l’alliage du tragique et du style populaire autrichien que par un langage délibérément composite.
 
Berg, que cette mort avait vivement impressionné, en reporta le choc sur la commande que lui avait faite le violoniste Louis Krasner, en février 1935, d’un concerto pour son instrument. Berg mit de côté le travail d’orchestration du troisième acte de Lulu dans lequel il était alors plongé et découvrit peut-être, dans l’urgence de créer (au lieu d’orchestrer), que le germe musical de ce concerto pouvait se trouver dans une page pour violon seul, composée une dizaine d’années plus tôt et laissée inachevée. Dans cette esquisse, toujours inédite, se trouvent en effet plusieurs idées qui alimenteront le concerto. Son point de départ, notamment, qui consiste à faire sonner successivement, à vide, les quatre cordes du violon, comme s’il s’agissait de révéler l’essence même de l’instrument avant que la main gauche – qui aura fort à faire par la suite  ne se mêle d’y introduire vibrato et virtuosité.
 
Naissance, mémoire, bascule
 
C’est d’une naissance qu’il s’agit, et l’on peut penser que les allusions au folklore de Carinthie dont se nourrit la seconde moitié (Scherzo) du premier des deux mouvements enchaînés, sont à l’image d’une enfance insouciante, jusqu’à ce que les coups fatals de la mort, au milieu du second mouvement, ne fassent basculer toute l’effervescence d’un jeu violonistique brillant, parfois acrobatique, dans un adagio final où la citation d’un choral de Bach (« Es ist genug », « C’est assez ») apporte un apaisement religieux... et tonal.
 
Car dans cette œuvre, comme dans Lulu, Berg concilie les acquisitions du principe schoenbergien de « composition avec douze sons » et les polarités attractives qui font la force du langage tonal : la « série » de douze sons qu’il a élaborée pour ce concerto porte en elle les accords parfaits des quatre tonalités liés aux quatre cordes du violon (sol, , la, mi) et, pour faire bonne mesure, quatre notes formant le début d’une gamme par tons entiers, gamme qui suspend la tonalité sans la détruire et par laquelle débute le choral de Bach.
 
Gérard Condé

Le concert du 10 janvier sera diffusé ultérieurement sur France Musique.

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL