Assurancetourix, un Orphée gaulois ?

Mercredi 28 août 2019
Assurancetourix, un Orphée gaulois ? | Maison de la Radio
Il y a cinquante ans naissaient Astérix et Obélix. Mais aussi le barde Assurancetourix. Tout ce petit monde sera le héros d’un concert fiction enregistré le 23 novembre à Radio France.
Les Français, affirmait Rousseau, « n’ont  point de musique et n’en peuvent avoir ; ou que si jamais ils en ont une, se sera tant pis pour eux ». Jugement ô combien sévère mais dont les origines remontent bien au-delà des bouffonneries franco-italiennes, jusque dans les veilles querelles gallo-romaines. Historiens rigoureux, Goscinny et Uderzo l’ont démontré : nos anciens bardes ne faisaient pas toujours preuve de justesse, et quand le barde chantait faux, c’est tout un village qui se bouchait les oreilles. D’où ces fameux banquets durant lesquels s’appliquait la coutume du ligotage et bâillonnage du barde, à l’origine elle-même d’une célèbre technique culinaire. Les réformateurs de l’Académie gauloise ne s’en offusqueront pas : le barde n’avait pas d’équivalent féminin car la barde n’est que de lard…

Puisque nous sommes dans le cochon, rappelons que le barde rivalisait avec Orphée dans l’art de dompter les bêtes sauvages, mais qu’Assurancetourix, peu écologiste, ne sut guère que vider les forêts de ses sangliers. Ou d’une vieille chanson celte, faire tomber la pluie à défaut du ciel : Aïm sïnguïn ïn ze rèïnnn… Un talent pratique en temps de sécheresse, et qui permit à la princesse Rahazade de sauver sa tête. Mais notre musicien ne se contentait pas de chanter ; dominant le village de sa hutte perchée, il pourvoyait à l’instruction des enfants, arbitrait les affaires de la cité, célébrait les dieux comme les chefs, le terme même de bardos désignant l’auteur de telles louanges. Certains remarqueront la fâcheuse tendance d’Assurancetourix à « poéter plus haut que les autres », ou à cultiver la reprise quitte à plagier : ici il celtise une Mamy blue en matrone bleue, là faustise en riant « de revoir Cybèle en se miroir », ailleurs encore il se lance avec les Normands dans des Élucubrations dignes d’Antoine pour critiquer avant l’heure le caractère très soixante-huitard de la coupe gauloise : « Ma mère m’a dit : Assurancetourix, fais toi tresser les cheveux, oh oui ! »

Rétablissons donc la vérité historique : notre barde fut vraisemblablement la victime des copieurs, de Brel quand il apportait en Hispanie des sangliers plutôt que des bonbons – car « ça est tellement bon » –, de Trenet quand, plus Lutécien que Parisien, il entonnait « Menhir montant, mais oui madame… » Incompris par ses contemporains au point d’être poussé à l’exil dans La Rose et le Glaive, il possédait néanmoins plus d’une corde à sa harpe, en pinçait pour d’autres instruments, notamment pour la cornemuse bretonne ou pour le rebec à l’occasion d’un bal à la chorégraphie surprenante. Parce que la Bande dessinée aime l’exactitude, sa lyre ressemble à s’y méprendre à celle qui fut découverte il y a quelques décennies à Paule, dans le cœur de la Bretagne. Aussi, nous autres musiciens, nous ne doutons point de notre dette au barde gaulois et, comme lui, nous faisons face à la surdité de nos concitoyens pour défendre la véritable musique française, quitte à méditer encore sur l’ingratitude humaine.
 
François-Gildas Tual
 
 

Ecouter Asterix le Gaulois

Astérix le Gaulois

Astérix le Gaulois | Maison de la Radio
Concert-fiction


Comédiens et bruiteurs s’en donneront à cœur joie pour faire revivre sur le plateau du Studio 104 les fameux personnages qui ravissent, depuis leur création,...
Samedi23novembre201917h00 Maison de la radio - Studio 104

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL