Composer pour Méliès

Mercredi 9 septembre 2020
Composer pour Méliès | Maison de la Radio
De jeunes compositeurs imaginent des partitions pour accompagner les films de Méliès.
 
La musique et le cinéma de Méliès, c’est tout d’abord une histoire en images. Celles d’un Mélomane loufoque jetant sa propre tête pour dessiner les notes sur la portée, celles d’un Homme-orchestre se démultipliant pour jouer simultanément de tous les instruments, puis celles de Lully ou le violon brisé, du Maestro Do-mi-sol-do luttant successivement contre un pupitre récalcitrant, face à des vents, un piano et une grosse caisse devenus d’effroyables outils de prestidigitation. C’est une histoire pleine d’illusions et de danses, du Rêve du maître de ballet au Cake-walk infernal, toujours en silence. Car le Magicien de Montreuil l’affirme : « Le geste est tout, la parole n’est rien. » Né muet, le cinéma recourt à la musique pour pallier son handicap. En rétablissant le son, la musique devient à la fois un rempart contre le réel et la garantie d’un semblant de réel, elle masque l’assourdissant bruit des machines et de la salle afin d’éviter leur intrusion dans le rêve du septième art, tout en rompant l’effrayant silence des images animées jusqu’à faire oublier le rictus de ces bouches sans voix.
 
Quelle musique pour accompagner les créations de Méliès ? Au début du XXe siècle les projections étaient parfois accompagnées de boniments pour restaurer les dialogues. Côté musique, le pianiste pouvait improviser ou recourir à toutes sortes de catalogues d’illustrations musicales, proposés par les éditeurs soucieux de profiter eux aussi de l’eldorado cinématographique. Dans les salles plus prestigieuses, des ensembles, voire de véritables orchestres, assuraient le spectacle. Faut-il alors croire en l’authenticité, vouloir retrouver le goût d’une époque et emprunter à la légèreté de la musique française des années folles, sinon à ce jazz qui s’imposait peu à peu en Europe ?
 
Le cinéma de Méliès est une leçon de hardiesse, une véritable incitation à l’expérimentation. Et sans doute est-il préférable d’aller de l’avant, comme le suggère Marie-Hélène Lehérissey, arrière-petite-fille du réalisateur, de renoue avec l’art des bonimenteurs en compagnie de Lawrence Lehérissey, l’arrière-arrière-petit-fils devenu pianiste et auteur de partitions originales pour leurs ciné-concerts. Plus que tout autre, Méliès s’est projeté vers l’avenir et exige une musique audacieuse. C’est ainsi que le duo versaillais Air s’est vu invité à travailler sur une version en couleur, récemment retrouvée et restaurée du Voyage dans la lune. « Cette œuvre était une occasion formidable, assure Nicolas Godin, membre de ce duo. A fortiori quand vous êtes installé et que vous redoutez comme la peste de vous répéter. »  Méliès savait que du choix des morceaux dépendait une part du succès : « Méliès voulait divertir et non pas s’adresser à un public de cinéphiles. Nous avons essayé de composer une musique spontanée et fraîche. Nous avons eu toute la liberté imaginable. Le réalisateur était mort... »
 
Un peu plus tôt, fêtant les quarante ans des premier pas de l’homme sur la lune, John Scott avait écrit pour le même film. Le compositeur et musicien de jazz avait avoué sa lassitude face aux commandes cinématographiques qui lui demandaient de copier la musique des autres : « Je veux composer ma propre musique. C’est la raison pour laquelle je ne compose plus pour le cinéma, mais préfère les créations comme celle jouée ce soir, ou les concerts. » Avec Méliès, tout devenait possible. À condition que la musique nous entraîne très haut, jusqu’à la lune.
 
François-Gildas Tual

Le ciné-concert

Méliès redécouvert

Méliès redécouvert | Maison de la Radio
Ciné-concert

Ensemble Multilatérale

Léo Warynski direction
L’occasion de découvrir, en avant-première dans ce concert en musique et en histoires, la magie de Méliès dans son éblouissante jeunesse. 
Dimanche04octobre202016h00 Maison de la radio - Studio 104

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL