« Ils font des merveilles ! »

Trois mécènes de la Maîtrise s’expriment

Mardi 28 mai 2019
Email
« Ils font des merveilles ! » | Maison de la Radio

Jean-Luc Bérard, directeur des ressources humaines du groupe Safran et président des deux Fondations Safran* : « Le plaisir et l’exigence » 

Jean-Luc Bérard, quel est le rôle de la Fondation Safran pour la Musique auprès de la Maîtrise de Radio France ?

Notre engagement financier est récent, il a moins d’un an. C’est sur l’aspect de l’insertion que l’incroyable mission de la Maîtrise nous a sensibilisés. La démarche de la Maîtrise, à l’origine très parisienne, et qui petit à petit s’est ouverte en créant le site de Bondy, est remarquable. Ce projet a quelque chose de merveilleux parce qu’il accueille des enfants dans un environnement social qui leur était inconnu. Intégrer la Maîtrise leur permet d’approcher la musique et de connaître des valeurs comme l’exigence et l’excellence que leur demande la discipline du chant. C’est ce projet de Bondy qui a été déterminant dans notre engagement car il concilie insertion et musique. En nous engageant, nous avons la certitude de la solidité du projet et nous sommes heureux d’apporter notre soutien financier pour accompagner toutes les initiatives de la Maîtrise.

À titre personnel, pourquoi avez-vous souhaité vous engager auprès de la Maîtrise ?
J’ai été chanteur de neuf à treize ans, au sein des Petits Chanteurs à la croix de bois et de la Maîtrise nationale d’enfants. Cela m’a énormément plu, sur le plan musical mais aussi humain. J’ai noué des liens très forts avec des personnes que je vois encore régulièrement aujourd’hui, c’était pourtant il y a plusieurs dizaines d’années ! J’ai abandonné le chant mais je suis resté un grand mélomane. Je préside le Festival de l’Orangerie de Sceaux. L’engagement de la Fondation Safran auprès de la Maîtrise reflète tout ce que j’ai appris plus jeune, le plaisir de la musique, l’exigence mais aussi le grand apprentissage de la vie ensemble et de l’insertion par l’art.
 
* L’une pour l’Insertion, l’autre pour la Musique.


Florence Javoy, secrétaire générale de la Fondation du groupe RATP : « Un réel apprentissage »
           
Florence Javoy, quelles sont les qualités de la Maîtrise qui ont permis que la Fondation du groupe RATP lui apporte son soutien ? Quel est votre rôle auprès des deux sites de la Maîtrise, à Paris et à Bondy ?

Le mécénat entre la RATP et la Maîtrise de Radio France s’est fait à l’occasion des dix ans du site de Bondy. Dès mon arrivée en tant que secrétaire générale de la Fondation RATP, je me suis attachée à ce projet. Je connaissais la qualité de l’enseignement qui est proposé aux jeunes et le merveilleux travail des enfants à Paris, mais accompagner la Maîtrise dans des zones plus difficiles comme Bondy est d’autant plus admirable. Le groupe RATP souhaite soutenir l’accès à la culture pour des personnes qui en sont éloignées.
 
Que représente la voix pour vous ?
C’est un réel apprentissage, et très sérieux ! Je suis allée sur place, j’ai assisté à une répétition avec des collégiens et à une séance de travail avec des primaires. Le travail des professeurs est admirable. Avec beaucoup de sérieux, ils arrivent à faire entrer les jeunes chanteurs dans le jeu et à les faire se dépasser. C’est très professionnel, mais aussi très humain et à la hauteur des enfants, dans le respect de leur personnalité. J’y ai vu un grand enthousiasme, un état d’esprit d’ouverture et d’adaptation. Avec des moyens simples, ils font des merveilles ! Les professeurs comme les jeunes donnent beaucoup d’eux-mêmes et ont un très bel élan commun. Aller ensemble vers quelque chose de bien… voilà ce que le chant permet.
 
Que pensez-vous du portail numérique Vo!x ?
Je le trouve génial ! Les ressources font preuve d’excellence pédagogique et elles me semblent complètes, car elles explorent les différents aspects (musique, contexte socio-historique, aide aux enseignants adaptés aux différents âges des élèves) et les différentes étapes de l’apprentissage d’un chant. Proposer une ressource d’une telle qualité, avec un enrichissement régulier, qui plus est en accès libre, est une admirable façon de diffuser largement des pratiques et de partager l’expertise de la Maîtrise avec l’ensemble des établissements qui le souhaitent. C’est à la fois ambitieux, généreux, intelligent, le tout dans une grande simplicité et une grande modestie. Vo!x renvoie au partage et non à une attitude surplombante de l’excellence vers le commun des mortels.
 

Katia Bijaoui, présidente du Fonds de dotation éducation, culture et avenir : « Humilité et philanthropie »
 
Katia Bijaoui, pourquoi vous êtes-vous engagée en 2018 auprès de la Maîtrise en tant que mécène avec votre fonds de dotation ?

Notre objectif premier est l’insertion professionnelle des jeunes par le biais de la culture. Nous aidons de manière modeste mais très impliquée de nombreux projets culturels et liés à l’éducation. Le projet de la Maîtrise, et particulièrement le site de Bondy qui accompagne des jeunes hors de Paris et loin de la culture, a donné du sens à notre travail et à notre investissement. Nous prônons l’égalité des chances. Pour ce faire, nous suivons les concerts de la Maîtrise, nous rencontrons les acteurs principaux de ce chœur d’enfants et nous nous engageons sur la durée. Nous sommes heureux de le suivre de manière humble et philanthropique, pourrais-je dire.
 
Vous êtes par définition très sensible à la musique…
Absolument. Nous sommes tous musiciens et mélomanes dans la famille, quels que soient les styles musicaux ! Nous avons même repris une école de musique, à Paris, rue du Cherche-Midi, qui est un espace de rencontre et de partage. La musique est un véritable média d’éducation. La culture et l’éducation, justement, sont deux piliers essentiels dans la vie d’un jeune, surtout dans les quartiers populaires. Radio France est une maison prestigieuse et je suis très sensible au fait qu’elle encourage la mixité, l’échange, avec des talents venus d’ailleurs. Aujourd’hui, accompagner les jeunes maîtrisiens est un honneur car je vois qu’il y a un réel croisement entre les jeunes chanteurs de Paris et ceux de Bondy. Je suis allée au concert d’ouverture de la saison, j’essaie d’assister à leurs concerts dès que je le peux. Maintenant, mon plus grand souhait serait que les publics eux aussi se croisent, celui de la banlieue et celui de Paris !
 
Propos recueillis par Gabrielle Oliveira Guyon



 

Email

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL