Les Cloches à Montpellier

Jeudi 3 juillet 2014

Le Chœur de Radio France chantera Les Cloches de Rachmaninov le 19 juillet, dans le cadre du Festival de Radio France et Montpellier, avec l’Orchestre Philharmonique.

Très dévote, la grand-mère de Rachmaninov emmenait le jeune Serge à tous les offices religieux, et de ce fait il restera très marqué par le son des cloches qui apparaîtra dans plusieurs de ses œuvres dont celle intitulée Les Cloches », raconte Monique Vaysse. Et le compositeur d’expliquer : « Le son des cloches d’église dominait toutes les villes russes que je connaissais – Novgorod, Kiev, Moscou. Elles escortaient chaque Russe du tombeau à la tombe, et aucun compositeur ne pouvait échapper à leur influence. (…) Toute ma vie j’ai écouté avec plaisir ces carillons aux mélodies et aux caractères les plus divers – tintements joyeux ou glas mélancoliques ».

Pour célébrer son attachement au son des cloches, il entreprit en 1913, alors qu’il se trouvait à Rome, une vaste symphonie chorale intitulée Les Cloches, tout simplement, écrite sur un poème d’Edgar Poe traduit en russe par Constantin Balmont. La partition évoque, en quatre partie successives, les cloches d’argent du traîneau (avec un solo de ténor), les cloches d’or des noces (solo de soprano), les cloches de bronze de l’incendie (pour chœur), enfin les cloches de fer du glas (solo de baryton), le tout dans une forme qui évoque les quatre parties de la symphonie traditionnelle : Allegro allant, Lento lyrique, Presto inquiétant, l’ultime Lento douloureux dérogeant à la règle qui veut (qui voulait, Mahler nous a prouvé le contraire) qu’une symphonie s’achève par un dernier Allegro.

Dédiée à l’Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam et à son chef Willem Mengelberg, l’œuvre fut en réalité créée à Saint-Pétersbourg le 30 novembre 1913, sous la direction de Rachmaninov lui-même, qui en assura aussi la première moscovite le 8 février suivant.

Comme Rachmaninov l’écrit lui-même : « Dans mes propres compositions, je n’ai fait aucun effort pour être original ou romantique ou nationaliste ou n’importe quoi d’autre. Je note sur du papier la musique intérieure que j’entends, aussi naturellement que possible. Je suis russe, et le pays de ma naissance a influencé mon tempérament et ma vision des choses. (…) Ce que j’essaie de faire en écrivant ma musique, c’est de lui faire dire directement et simplement ce qu’il y a dans mon cœur pendant que je compose. S’il s’y trouve de l’amour, ou de l’amertume, ou de la tristesse, ou de la religion, ces humeurs deviennent partie de ma musique et elle devient ou belle ou amère ou triste ou religieuse ».

Florian Héro

voir le site du Festival de Radio France et Montpellier

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL