Qui était Viktor Hartmann ?

Lundi 25 novembre 2019
Qui était Viktor Hartmann ?  | Maison de la Radio
Modeste Moussorgski est l’auteur des Tableaux d’une exposition, soit. Mais de quels tableaux et de quelle exposition est-il ici question ?

La version originale pour piano des Tableaux d’une exposition, cycle composé par Moussorgski pendant l’été 1874, est dédiée à Vladimir Stassov, journaliste russe qui eut l’idée de réunir cinq musiciens sous le terme générique de « groupe des Cinq ». C’est également Stassov qui reçut de Berlioz, en 1862, le manuscrit original du Te Deum, créé sept ans plus tôt à Saint-Eustache, à charge pour lui de le remettre à la Bibliothèque impériale de Saint-Pétersbourg. Personnage-clef de la vie musicale russe de cette époque, Vladimir Stassov fut à l’origine de la rencontre entre Moussorgski et le peintre et architecte Viktor Hartmann, né en 1834. Cette rencontre eut lieu en 1870, mais l’amitié qui lia le journaliste, le peintre et les cinq musiciens fut de courte durée car Hartmann mourut d’une rupture d’anévrisme en 1873.

Cette nouvelle ébranla Saint-Pétersbourg au point qu’une exposition de 400 œuvres de l’artiste fut organisée à l’Académie des beaux-arts. Moussorgski avait acquis plusieurs toiles et dessins d’Hartmann, et bien sûr les prêta à l’occasion de cette exposition, qui fut aussi pour lui le point de départ de ses Tableaux. Lesquels, comme on le sait, évoquent dix œuvres, mais sans céder à la tentation naïve de la description ; il faut y voir et y entendre plutôt un ensemble de pages contrastées, juxtaposées avec fantaisie à la manière d’un cycle schumannien*, et reliées entre elles par une épisodique Promenade (« On voit ma physionomie dans les intermèdes », disait plaisamment Moussorgski), comme s’il s’agissait, cette fois, d’un wanderer héritier de Schubert vagabondant d’une étape à l’autre de son voyage, fût-il clos ou imaginaire.

Ces tableaux ou plutôt ces évocations font appel à toutes les ressources du piano et cultivent volontiers le contraste : mélopée triste du Vecchio castello, crescendo puissant de Bydlo, légèreté du Ballet des poussins, humeurs opposées de deux personnages dans Samuel Goldenberg et Schmuyle, contraste brutal entre Limoges et Catacombes, énergie de la Cabane (qui n’est autre que la sorcière Baba-Yaga), etc.

Une partie des œuvres d’Hartmann ont hélas disparu. Il en reste toutefois six, parmi celles qui ont inspiré le musicien, dont le projet de la Grande Porte de Kiev, réponse à un concours lancé par le tsar Alexandre II, sur le thème de la Providence, à la suite de l’attentat d’où il sortit miraculeusement indemne. On notera qu’en 1928 fut confié à Kandinsky le soin de mettre en scène Les Tableaux d’une exposition avec des décors de son cru ; décors qui ont eux aussi en partie disparu mais dont il reste des esquisses et des aquarelles qui ont permis au pianiste Mikhail Rudy de reconstituer ce spectacle.
 
Christian Wasselin
 
* Il est d’ailleurs curieux de noter que Ravel, qui orchestra somptueusement les Tableaux de Moussorgski en 1922, avait orchestré dès 1914 plusieurs pages du Carnaval de Schumann pour un spectacle donné par Nijinsky à Londres.
 
 
 

Ecouter les Tableaux d’une exposition

Tableaux d’une exposition

Tableaux d’une exposition | Maison de la Radio
Concert symphonique

Orchestre National de France

Emmanuel Krivine direction
Julia Fischer violon
Quoi de plus troublant que la flûte qui ouvre le Prélude à l’après-midi d’un faune ? Quoi de plus éclatant que l’orchestration dont Ravel para en...
Vendredi10janvier202020h00 HORS LES MURS Théâtre des Champs-Élysées

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL