Un concerto a due cori signé Haendel

Vendredi 24 avril 2015
Un concerto a due cori signé Haendel | Maison de la Radio
Haendel est rarement à l’affiche des concerts de Radio France. Raison de plus pour aller entendre, le 13 mai, son Concerto a due cori n°3 HWV 334 interprété par l’Orchestre Philharmonique placé sous la direction de Ton Koopman.

EN 1714, la maison de Hanovre avait succédé à celle des Stuart au trône de Grande-Bretagne avec le couronnement de Georges Ier, dont Haendel avait été le maître de chapelle en Saxe, et qu’il avait retrouvé à Londres. Cette nouvelle dynastie devait affronter une forte opposition en Ecosse où les révoltes jacobites, du nom du roi Jacques (James Stuart), fragilisaient le clan des « Hanovriens ». En avril 1746, le petit-fils de Jacques débarqua en Ecosse à la tête de milliers de highlanders qui furent défaits à la bataille de Culloden, près d’Inverness. Le Prince William Augustus, duc de Cumberland, fils du roi George II, en fut le grand vainqueur, mais sa répression féroce sur les blessés et les fugitifs lui valut le surnom de « Butcher Cumberland », Cumberland le boucher.
 
Son retour à Londres n’en fut pas moins triomphal, et Haendel lui rendit hommage dans son oratorio Judas Maccabaeus, dont le livret du pasteur protestant Thomas Morell s’inspire de la victoire des troupes juives de Judas Maccabée face à l’empire grec séleucide en 166 avant notre ère. Entre l’air « Tis liberty alone » et le chœur « See, the Conqu’ring Hero Comes ! », Haendel présenta en intermède aux spectateurs de la première à Covent Garden, le 1er avril 1747, un Concerto a due cori, concerto grosso à deux chœurs en fa majeur et en six mouvements.
 
La bi-choralité évoquée par le titre traduit la présence de deux ensembles distincts d'instruments à vent (hautbois, bassons et cors) qui concertent avec l'ensemble des cordes et la basse continue. Si Haendel s’est inspiré de sa propre Ouverture Fitzwilliam pour le premier mouvement, il cite clairement dans le final l’air « Io seguo sol fiero » que chantait le personnage de Rosmira dans l’opéra Partenope qu’il avait présenté au public londonien en 1730. Ce Concerto a due cori fera lui-même l’objet d’une transcription dans le Concerto pour orgue HWV 305, également en fa majeur.
 
François-Xavier Szymczak
 
Le concert du 13 mai sera diffusé ultérieurement sur France Musique.
 

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL