La Cinquième Symphonie de Tchaïkovski

Mardi 25 mars 2014
Email

Le 17 avril, au Théâtre du Châtelet, Daniele Gatti confronte la Symphonie en ut de Stravinsky à la Cinquième de Tchaïkovski.

Plus de dix années séparent la composition de la Quatrième de celle de la Cinquième Symphonie, qui fut créée le 5 novembre 1888 à Saint-Pétersbourg sous la direction du compositeur (cinq ans sépareront la Cinquième de la Sixième). Entre temps, Tchaïkovski n’a rien résolu ; il est toujours habité par les mêmes hantises contradictoires, malgré l’échec de son mariage qui a dissipé toutes les illusions et tous les mensonges. Il avoue même à sa protectrice : « Il me semble que je n’ai plus la facilité d’autrefois ».

Tchaïkovski écrivit lui-même un commencement de programme pour le premier mouvement de sa Cinquième Symphonie. On ne peut guère affirmer qu’il brille par sa précision : « Introduction. Résignation complète face au destin ou, ce qui revient au même, face à la prédestination insondable de la Providence. Allegro (I) Murmures, doutes, plaintes, reproches à l’égard d’XXX. (II) Dois-je me jeter dans l’étreinte de la foi… ? » Qui est XXX ? Un personnage vivant ? Un fantôme ? L’obsession qui taraude le compositeur ? De fait, le premier mouvement commence, sans fioriture, sur la citation, dans le mode sombre et douloureux (clarinettes et cordes), du motif dit de la Providence. Comme l’écrit André Lischké, « la Cinquième Symphonie est la seule de Tchaïkovski à être intégralement cyclique ; en effet, le thème morne et angoissé par lequel elle débute se retrouvera dans tous les autres mouvements : retentissant au milieu de la noblesse pathétique de l’Andante cantabile, lugubre dans les dernières mesures de la gracieuse valse, il prend dans le finale une coloration religieuse, se rapprochant de l’esprit d’un choral ».

Le mouvement lent est une rêverie qui tend à la confession passionnée mais se voit interrompue par le thème de la Providence qui se dresse tout à coup tel un spectre vengeur. La tendre cantilène reprend, malgré les menaces, se hâte comme sous l’effet de l’urgence d’une étreinte à accomplir, essaye de triompher, mais le motif de la Providence revient et impose le silence.
Le troisième mouvement est une valse. Dans la Sixième Symphonie, Tchaïkovski écrira aussi une valse, située en deuxième position, avant un scherzo-marche véhément. Mais la Pathétique comporte en réalité deux morceaux lents (les premier et quatrième mouvements), alors que la Cinquième épouse encore relativement le moule classique. La valse fait donc ici figure de scherzo, à tout le moins d’intermezzo. Son motif est inspiré d’une chanson que Tchaïkovski avait entendue, à Florence, fredonnée par un jeune garçon. Elle n’est pas interrompue brutalement, à l’inverse du précédent mouvement, par le motif de la Providence ; celui-ci, au contraire, vient rappeler son existence à l’auditeur, discrètement et comme sournoisement, à la toute fin du morceau.

Le finale ne va pas par quatre chemins. Il cite d’emblée la Providence, mais cette fois avec assurance. Cette nouvelle manière, après les luttes glorieuses qu’on pressent et qui ne manqueront pas d’avoir lieu, aboutit à une fausse coda typique de Tchaïkovski (accords successifs superposés à un roulement de timbales ff). Puis le thème revient, sur le mode martial et triomphal. Péroraison qui peut prêter à sourire : Tchaïkovski y voyait lui-même « des couleurs exagérées, un certain manque de sincérité ou une certaine fabrication que le public reconnaît instinctivement ». Trop victorieux pour être vrai, en effet.

Christian Wasselin

Le concert du 17 avril sera diffusé en direct sur France Musique et sur les radios de l’UER.

en savoir plus sur la Symphonie en ut de Stravinsky

Email

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL