La France du Général

Pour aller plus loin / SILENCE RADIO – Mai 68 à l’ORTF

La France du Général | Maison de la Radio

Charles de Gaulle : extrait des vœux aux Français (31 décembre 1967)


Première partie :  La France du Général

La France des années 1960 connaît une expansion considérable qui se traduit par une hausse du pouvoir d’achat et de la consommation. Pourtant, en 1967, le modèle porté par De Gaulle s’essouffle. Les élections législatives de mars lui donnent une courte majorité à l’Assemblée nationale. Le ralentissement de la croissance, la hausse des prix (3,5%), les licenciements (grève à Rhodiacéta, à Lyon-Vaise, contre la suppression de 2 000 emplois dans l’ensemble du groupe), les ordonnances sur la Sécurité sociale (qui se traduisent par une baisse des prestations) entraînent de nombreux conflits sociaux.
On compte plus de 4 millions de journées perdues du fait des grèves. Dans un pays habitué au plein-emploi, la brusque augmentation du chômage (430 000 chômeurs en mars 1968 contre moins de 200 000, un an plus tôt) inquiète.
En avril 1968, 75% des Français interrogés par l’INED (Institut national d’études démographiques) disent redouter de perdre leur emploi. Cette anxiété généralisée dans le monde du travail n’est pas étrangère à l’ampleur de la crise sociale qui, en mai, va suivre la crise estudiantine.

Nos années 60 : les mythologiques, Infrarouge, (2008)


Une jeunesse en quête d’avenir

« Nous sommes à l’époque du mécontentement », écrit Alfred Sauvy, en septembre 1967, à propos de la place des jeunes dans la société. Tous ne sont pas étudiants, loin de là. Près de 4 millions des 15-24 ans sont déjà des actifs, contre 3 millions qui étudient en collège, au lycée ou en université. Cependant, le nombre des étudiants explose : on en compte plus de 500 000 à la rentrée 1967, deux fois et demi plus qu’en 1960.
C’est dans ce contexte qu’émerge la faculté des lettres et sciences humaines, ouverte en 1964 pour désengorger la Sorbonne. Encore en construction en 1968, édifiée au milieu de nulle part, entourée de terrains vagues et d’un bidonville, la faculté isole les étudiants, dont beaucoup viennent de province. Pour rejoindre Paris, il faut avoir une voiture ou emprunter la ligne de train qui amène à la gare Saint-Lazare.

Les jeunes sont les principales victimes de la hausse du chômage en 1967-1968 : les moins de 24 ans représentent près de 40% des demandeurs d’emploi, trois fois qu’en 1962.
Les sondages montrent que, chez les jeunes, le premier souci est l’emploi : or, 85% d’entre eux, étudiants comme jeunes travailleurs, s’inquiètent des débouchés professionnels que leur offre la société. A cela s’ajoute, particulièrement chez les étudiants, le rejet du modèle social et sociétal qui domine et qu’ils se refusent à reproduire. Une minorité d’entre eux choisissent le combat révolutionnaire, et les manifestations contre la guerre du Vietnam constituent souvent le premier acte de leur engagement.
De la misère en milieu étudiant.
L'internationale Situationniste et des étudiants de Strasbourg, 1966.

La rapide croissance des effectifs étudiants

Des garçons et des filles, Panorama (15 mars 1968)


Les résidents de Nanterre, Tel quel (26 mars 1968)


L'éducation sexuelle Les chemins de la vie (11 avril 1968)


Une certaine jeunesse (les beatniks à Paris) Panorama, (16 juillet 1965)


L'ORTF, Première entreprise de spectacles

Slogan ORTF 1967

Extrait de l’Annuaire du spectacle de 1967 -  ORTF / Office de radiodiffusion-télévision française – 1967
© ORTF, Annuaire du spectacle, 1967
 
Encart publicitaire pour les Jeux Olympiques de Grenoble de février 1968, diffusés en couleur par l’ORTF, dans la revue "Micro et Caméra" n°25 de 1968
© ORTF, Micro et Caméra, 1968. Dessin : Francis Bernard 

Le slogan de l’Office de radiodiffusion-télévision française, créé 1964, reflète l’immense machine qui diffuse des centaines d’heures de programmes et rassemble 11000 agents permanents : 6000 techniciens, 600 journalistes, 370 musiciens et choristes…

Le personnel de l’ORTF en 1967

L’ORTF emploie environ 11 000 agents permanents pour l’ensemble des trois stations radio et des deux chaînes de télévision (la BBC anglaise : 20 000 employés, la RAI italienne : 8500 employés)
 

La radio publique s’est transformée en 1963, sous l’impulsion de Roland Dhordain, soutenu par le ministre de l’Information, Alain Peyrefitte. Elle compte désormais trois « chaînes » (comme on dit alors) : France-Culture, France-Musique et France-Inter, « la chaîne de l’information, de la gaieté et des conseils pratiques ». En 1967, elles produisent, à elles trois, 436 heures de programmes par semaine. A cette époque, France-Inter, première radio à diffuser 24 heures sur 24, est devenue la station la plus écoutée en France, devant Europe n°1 et RTL. Le poste à transistors a définitivement conquis le public et, au passage, libéré les plus jeunes de la tutelle des parents : plus des deux-tiers des Français en sont équipés.

Quant à la télévision, elle s’impose comme un compagnon familier : 62% des ménages sont équipés d’un récepteur en 1968, contre 13%, huit ans plus tôt. La 1ère chaîne propose 68 heures de programmes hebdomadaires, la seconde, créée en 1964, 27 heures. C’est là que s’installent peu à peu les feuilletons anglo-saxons, comme ceux que les téléspectateurs découvrent en 1967 : Chapeau melon et bottes de cuir, Les Mystères de l’Ouest, Le Fugitif, Mission impossible ou les Agents très spéciaux.

Taux d’équipement des ménages en téléviseurs
L’ORTF met en scène ses exploits, comme le passage à la couleur de la deuxième chaîne, en octobre 1967 (en vue des Jeux olympiques de Grenoble de février 1968, dominés par les prouesses de Jean-Claude Killy). Mais le coût exorbitant des postes en couleur (l’équivalent de 6 300 euros d’aujourd’hui !) constitue un énorme frein à leur essor.
En 1973 encore, moins de 8% des téléspectateurs en seront équipés, et la barre des 50% ne sera franchie qu’en 1981 ! Bref, c’est bien en noir et blanc que les Français vivent Mai 68 à la télévision.

Présentation officielle de la télévision couleur (1er octobre 1967)


Jean Poiret et Jacques Rouland sur la télévision en couleur couleur), La caméra invisible, (6 octobre 1967)


JO : victoire slalom Jean Claude Killy JT, 20h, (17 février 1968)

 
Affiche de France Inter "24h sur 24, 1829m. Grandes Ondes"
© ORTF, 1967
 
 
L'actualité radiophonique à France-Inter, Micros et caméras (16 juillet 1966)


Le Masque et la Plume Micros et caméras (2 avril 1966)

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL