Une symphonie de Stravinsky

Jeudi 20 mars 2014
Une symphonie de Stravinsky | Maison de la Radio

Le 17 avril au Châtelet, en prélude à la Cinquième de Tchaïkovski qu’il dirigera ce soir-là, Daniele Gatti nous fera entendre la méconnue Symphonie en ut de Stravinsky.

Stravinsky composa un certain nombre de symphonies, sans qu’il s’agisse là pour autant d’un cycle comparable à celles d’un Sibelius ou d’un Chostakovitch. Les cinq partitions assez concises qui portent cette appellation sont toutes d’une forme différente, des Symphonies d’instruments à vent de 1921 à la magnifique Symphonie de psaumes de 1930.

La Symphonie en ut fut écrite au début de la guerre et créée le 7 novembre 1940 à Chicago sous la direction du compositeur, mais il ne faut pas y voir une partition engagée, quand bien même le compositeur décide dès 1939 de quitter la France et de vivre aux États-Unis (qui lui accorderont la nationalité étatsunienne en 1945), et devient maître de conférences à l’Université de Harvard (ses cours seront publiés sous le titre Poétique musicale). De même, elle vit le jour alors que le compositeur, lui-même atteint de turberculose, avait successivement perdu sa fille Ludmilla, sa femme et sa mère, mais elle n’a rien d’élégiaque pour autant. Stravinsky, au contraire, semble ici illustrer cette affirmation qu’on a beaucoup citée selon laquelle la musique serait incapable d’exprimer quoi que ce soit. Tout ici est dans le culte de la forme et dans la révérence aux symphonies de Haydn, voire de Beethoven, et pourquoi pas de Tchaïkovski. Il y a moins de parodie joyeuse dans cette Symphonie en ut, toutefois, que dans la Symphonie « classique » de Prokofiev.

Le premier mouvement est stravinskien en diable, malgré l’hommage rendu à la forme de la symphonie. Allègre et tranchant, il n’est qu’énergie maîtrisée, tout comme le deuxième mouvement ressemble à un air baroque redoré aux couleurs du XXe siècle. Le Scherzo qui suit, avec sa trompette et ses jeux de rythme, peut évoquer Petrouchka, mais c’est le finale qui étonne le plus, avec ce choral confié aux instruments à vent dans le grave, au début, qui s’épanouit dans une séquence plus inquiète avant que l’œuvre se termine dans une ambiance méditative.

Christian Wasselin

voir le site de la Fondation Igor Stravinsky.

Le concert du 17 avril sera diffusé en direct sur France Musique et sur les radios de l’UER.

INSCRIPTION AUX NEWSLETTERSX

Chaque mois, recevez toute l’actualité culturelle de Radio France : concerts et spectacles, avant-premières, lives antennes, émissions, activités jeune public, bons plans...
Sélectionnez la ou les newsletters qui vous ressemblent ! 

Séléctionnez vos newsletters

(*) Informations indispensables

Les données recueillies par RF sont destinées à l’envoi par courrier électronique de contenus et d’informations relatifs aux programmes, évènements et actualités de RF et de ses chaînes selon les choix d’abonnements que vous avez effectués. Conformément à la loi Informatique et libertés n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, ainsi qu’au règlement européen n°2016-679 relatif à la protection des données personnelles vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition et de portabilité sur les données vous concernant ainsi qu’un droit de limitation du traitement. Pour exercer vos droits, veuillez adresser un courrier à l’adresse suivante : Radio France, Délégué à la protection des données personnelles, 116 avenue du président Kennedy, 75220 Paris Cedex 16 ou un courriel à l’adresse suivante : dpdp@radiofrance.com, en précisant l’objet de votre demande et en y joignant une copie de votre pièce d’identité.

Conformément aux dispositions susvisées, vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication des données vous concernant après votre décès. Pour cela, vous devez enregistrer lesdites directives auprès de Radio France. A ce titre, vous pouvez choisir une personne chargée de l’exécution de ces directives ou, à défaut, il s’agira de vos ayants droits. Ces directives sont modifiables à tout moment.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter vos droits sur le site de la CNIL